Marchés français ouverture 2 h 31 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 047,86
    -560,73 (-1,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2124
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    27 910,60
    -103,21 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    47 611,56
    +1 560,55 (+3,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 559,82
    +1 317,15 (+542,75 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

INFO FRANCEINFO. Attentat à la basilique de Nice : le juge demande une expertise pour déterminer si les pertes de mémoire du principal suspect sont réelles

franceinfo
·1 min de lecture

Pour la première fois depuis l'attentat à la basilique Notre-Dame de l'Assomption à Nice (Alpes-Maritimes), Brahim Aouissaoui, le principal suspect, a été interrogé par le juge d'instruction mardi 6 avril. Selon les informations de franceinfo, face au magistrat il a affirmé "ne pas se souvenir des événements survenus en France, ni de son passage de plus d'un mois en Italie, ni même à quelques détails près de son passé en Tunisie".

Agé de 22 ans, l'homme est suspecté d'avoir tué trois personnes le 29 octobre 2020 à Nice : Nadine Devillers, âgée de 60 ans, et le sacristain de la basilique, Vincent Loquès, 55 ans. Une mère de famille brésilienne de 44 ans, Simone Barreto Silva, était parvenue à sortir de l’édifice, mais, poignardée à plusieurs reprises, elle est morte dans un restaurant où elle s'était réfugiée. Le jeune homme a été mis en examen le 7 décembre 2020 pour "assassinats et tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". Gravement blessé lors de son interpellation, Brahim Aouissaoui est toujours pris en charge à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes. Il avait été touché à de multiples reprises par les tirs des policiers municipaux, notamment au thorax, à l'abdomen et aux jambes. Aujourd'hui, il remarche avec difficulté.

Une amnésie feinte ou réelle ?

Une première expertise médicale consultée par franceinfo a conclu, en février dernier : "Il n'y a pas de blessure ou de traitement susceptibles d'entraîner des pertes de mémoire à court et moyen (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi