La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 882,69
    -154,02 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Inflation, prix de l'énergie : pourquoi les entrepreneurs s'inquiètent d'une « bombe à retardement »

Pas de temps mort pour François Asselin. Le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) est formel : « C’est en ce moment que les PME jouent gros. » Pour près de 3,9 millions de sociétés, les problèmes volent désormais en escadrilles. De la flambée des factures d’énergie à une inflation qui ronge leurs marges en passant par une activité qui commence à s’effriter. La dernière enquête de conjoncture de la CPME menée courant octobre, dévoilée en avant-première par le JDD, traduit clairement une montée des inquiétudes sur ces trois plans. « Ces problèmes étaient déjà présents dans notre enquête de juillet mais ils se sont aggravés », alerte François Asselin, qui redoute un risque systémique.

Inflation non maîtrisée et envolée des prix de l’énergie ressortent clairement comme les deux chiffons rouges de ce sondage. Qualifié de « bombe à retardement », le poids grandissant de la facture énergétique est devenu central dans les budgets prévisionnels des chefs d’entreprise. Selon 21 % des sondés, entre 2021 et 2022, le coût de l’énergie est passé de 3 % à 41 % du chiffre d’affaires et devrait peser à hauteur de 60 % l’an prochain. Un tsunami, et l’assurance pour près d’un dirigeant sur deux (45 %) que la hausse des prix va impacter négativement les résultats 2022. Pire, 87 % ont le sentiment de ne pas pouvoir réellement négocier avec leur fournisseur d’énergie lors du renouvellement de leur contrat. Or 18 % d’entre eux doivent le faire avant la fin de l’...


Lire la suite sur LeJDD