La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 690,27
    -238,60 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Inflation : pourquoi le prix des cantines d’entreprise pourrait également augmenter

Alors qu’à l'approche de la rentrée, le prix du repas dans les cantines scolaires va gonfler compte tenu de l’inflation, les établissements de restauration d’entreprises ne devraient pas non plus être épargnés. De fait, l'augmentation généralisée des prix ayant atteint 6,1% en juillet, certains aliments ont connu une inflation à deux chiffres et les coûts liés à l’énergie n’ont cessé de grimper ces derniers mois. La crise du Covid avait également fragilisé l’activité des sociétés de restauration collective dans ce segment, notamment au regard de la forte baisse du nombre de repas servis, induit par le télétravail.

Tous ces facteurs combinés font “qu'aucun segment n'est à l’abri d’une augmentation”, alerte Esther Kalonji, déléguée générale du Syndicat national de la restauration collective (SNRC). Pour absorber des charges de plus en plus lourdes, les industriels (Sodexo, Elior…) sont contraints de renégocier leur contrat avec les entreprises. Problème, les contrats sont pour un grand nombre pluriannuelles. S’ils incluent, comme pour les cantines scolaires, des clauses de révision des prix, les revalorisations actuelles ne permettent pas de tenir compte des niveaux records d’augmentations des coûts” déplore Ether Kalonji.

“La crise inflationniste actuelle s’installe dans la durée, elle nécessite donc de la part des co-contractants de rouvrir des négociations pour prendre en charge ces imprévus économiques, ajoute-t-elle. Il convient donc de se remettre autour de la table pour négocier (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Une récession devient probable, afin de maîtriser l’inflation par les taux”
Inflation, dette, Chine, Russie… “le reset post-Covid-19 est une catastrophe”
Idemia, le champion tricolore de la sécurité numérique
Les groupes pétroliers chinois engrangent des bénéfices record
CAC 40 : la Bourse de Paris en net repli après le discours offensif de la Fed