Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 147,93
    +82,67 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    +0,0034 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    2 335,50
    -1,70 (-0,07 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 163,88
    +540,17 (+0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 428,85
    -39,25 (-2,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,81
    +0,94 (+1,22 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 909,02
    +172,98 (+1,03 %)
     
  • S&P 500

    5 303,39
    +35,55 (+0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2737
    +0,0039 (+0,31 %)
     

Inflation : Olivia Grégoire anticipe une "baisse visible" des prix alimentaires à la rentrée

Antoine Gyori/ Corbis via Getty images

Cette baisse serait due aux négociations en cours entre distributeurs et industriels agroalimentaires et du fait du recul des prix de certaines matières premières. Depuis mars, les coûts de nombreuses matières premières agricoles ou de l'énergie ont eu tendance à se stabiliser, voire à baisser, comme le blé, et le gouvernement a demandé aux supermarchés et à leurs fournisseurs de se remettre au plus vite autour de la table des négociations pour revoir leurs prix.

"Les fruits de ces négociations vont porter à l'été, et je peux, avec une certaine certitude, vous assurer qu'à la rentrée, nous aurons une baisse visible des prix dans les rayons" alimentaires, a dit Olivia Grégoire dans l'émission "Questions politiques" diffusée sur France Inter, Franceinfo et Le Monde. Elle a ajouté que le gouvernement envisageait de sanctionner les industriels qui "ne joueraient pas le jeu".

"Avec Bruno Le Maire, nous avons dit aux industriels agroalimentaires, qui ont reconstitué leurs marges, (...) que c'est à leur tour de faire des efforts", a prévenu la ministre déléguée, faisant la comparaison avec les énergéticiens dont les profits ont été taxés après la flambée des prix du gaz et de l'électricité. "Si les industriels ne jouent pas le jeu, on (le gouvernement) prendra nos responsabilités", assure-t-elle, évoquant l'hypothèse d'une "taxation sur les industriels agroalimentaires".

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait déjà lancé un avertissement jeudi soir sur France 5 : "Je n'exclus (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Australie va interdire les cigarettes à usage unique
Hong Kong : le PIB est en hausse, une première depuis 2022
Le Smic augmente, la CFDT se dit prête à discuter avec la Première ministre... Le flash éco du jour
"Sur la dette, la réforme des retraites apporte un quart de solution"
Permis de chasse : leur prix augmente sensiblement cette année, voici les nouveaux tarifs