La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    30 859,43
    -393,70 (-1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0554
    -0,0034 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    1 841,00
    -0,20 (-0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    27 516,58
    -1 195,65 (-4,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    646,96
    -26,41 (-3,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    112,70
    +0,49 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 141,71
    -246,79 (-2,17 %)
     
  • S&P 500

    3 841,62
    -59,17 (-1,52 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2472
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Inflation : la hausse des taux n’a pas fini de faire des ravages

·1 min de lecture

La guerre en Ukraine fait chuter les Bourses mais la hausse des taux pourrait être pire.” Tel était le titre de notre chronique de fin février. Ce n’était vraiment pas du cynisme par rapport à la souffrance extrême et intolérable de tout un peuple faisant face à un ogre sans foi ni loi. Nous voulions signaler que les marchés, qui souffrent déjà de l’impact de l’Ukraine, doivent faire face à un “séisme financier” bien plus grave. Voici l’ensemble des banques centrales qui doit faire face à une inflation qui fait rage et qu’elles ont longtemps sous-estimée dans un discours lénifiant, assurant que cette inflation serait passagère. La fringale de “vivre” à tout prix de populations longtemps confinées par le Covid combinée aux ruptures de la chaîne industrielle et logistique mise à mal par la pandémie ont créé un énorme déséquilibre entre l’offre et la demande faisant exploser les prix. La guerre en Ukraine n’a pas arrangé les choses avec un choc additionnel sur le pétrole et le gaz ainsi que diverses matières premières agricoles et non agricoles. L’inflation a atteint des niveaux historiques des deux côtés de l’Atlantique : 8,5% aux Etats-Unis et 7,5% pour la zone euro à fin mars. Il faut remonter au choc pétrolier de 1981 pour retrouver une inflation aussi élevée et ce choc se répète aujourd’hui ! Si l’on retraite de l’inflation les prix de l’énergie et de l’alimentation, elle reste élevée à 6,4% aux Etats-Unis, mais beaucoup moins en zone euro, à 3,2%.

L’inflation en mars atteint (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un manuscrit de Charlotte Brontë dépasse le million d'euros aux enchères
Le départ de Mauricio Pochettino coûterait des millions au PSG
La victoire d’Emmanuel Macron phagocytée par la Chine sur les marchés financiers
Comment intégrer de nouveaux employés de la manière la plus efficace et la moins chère possible ?
Comment optimiser la gestion de son parc informatique ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles