La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 721,50
    +290,39 (+1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

Inflation : le gouvernement va "maintenir un système de bouclier en 2023", affirme Gabriel Attal

Wikipédia

Invité de France Inter ce samedi 3 septembre, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gabriel Attal, a déclaré que le gouvernement allait "maintenir un système de bouclier en 2023". "Nous allons continuer à protéger les Français et leur pouvoir d'achat", a-t-il lancé. "Les mesures qu'on a prises cette année ont limité l'inflation". Et de poursuivre en affirmant que si "le gouvernement n'avait pas pris ces mesures, on aurait trois points d'inflation en plus".

"En 2023, si on ne faisait rien, la facture d'électricité augmenterait en moyenne de 100 %. Cela fait 120 euros pour la facture moyenne des Français par mois. Nous bloquerons, là aussi, à un certain niveau d'augmentation", a assuré Gabriel Attal. Ce dernier s'est refusé à en dire davantage sur la question, précisant néanmoins que "les arbitrages sont en cours" et "doivent être rendus dans les prochains jours".

Au cours de l’entretien, le ministre a affirmé qu'"il n'est pas incompatible" de pouvoir "protéger" le porte-monnaie des Français tout en préservant les finances publiques. Néanmoins, il tient à mettre en garde les contribuables contre tout excès : "Dépenser sans compter, à la fin, c'est taxer pour rembourser et ça, on veut l'éviter aux Français, donc on est passé du 'quoiqu'il en coûte' au 'combien ça coûte'. On est obligés de faire des arbitrages et de prendre des décisions qui, quand elles sont coûteuses pour les finances publiques, doivent être le plus efficace possible, ce qui ne veut pas dire qu'il ne peut (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Retour des crédits à taux variable, crise de la dette publique, mauvaise image de la finance... Le flash éco du jour
Une fillette nommée Alexa forcée de changer de nom à cause de l'enceinte Amazon
Sécheresse : un maire prend un arrêté insolite pour ordonner à la pluie de tomber
La limite de vitesse était mal signalée, 250 contraventions annulées
Amiens : le crématorium fermé depuis un an en attente de la livraison d’une pièce mécanique