Marchés français ouverture 6 h 3 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 724,99
    -422,52 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    41 340,23
    -6 459,61 (-13,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,78
    -196,05 (-12,54 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

Inflation: la Fed calme le jeu

·2 min de lecture

L'économie moderne a cassé la spirale de l'inflation, selon le patron de la Banque centrale américaine. Qui reste vigilante.

Cherchez l'absent ! Ce mardi 23 mars, au Congrès, Jerome Powell lit sa déposition avant de répondre aux questions des sénateurs. Le président de la Réserve fédérale parle d'une "reprise économique loin d'être complète" , d'un apport de la Fed, entre avril et décembre dernier, de "plus de 2 000 milliards de dollars aux grandes et petites entreprises, ONG et collectivités locales" , et d'une mobilisation "de tous les outils pour soutenir l'économie" . Mais il est un mot qu'il ne prononce pas : inflation.

Tout le monde n'est pas aussi serein. Certains n'ont pas oublié les années 1960, quand la spirale infernale s'était enclenchée : le taux de chômage était tombé en dessous de 4 % en 1966 et l'inflation, inférieure à 2 % depuis 1960, avait soudain flambé, pour atteindre 5 % en 1969 (lire page 61). Les années 1970 et le choc pétrolier ont fait le reste… Le président de la banque centrale connaît bien son histoire, mais ce n'est pas 1966 qu'il a en tête. C'est 2015. Cette année-là, la Fed a commis l'erreur de surestimer le "rythme naturel" du chômage, celui en deçà duquel l'inflation risquait de repartir, et de relever trop vite les taux d'intérêt. Coût estimé pour l'économie américaine : un million de jobs.

Lire aussi

Une inflation préoccupante?

Dans l'esprit de l'argentier le plus puissant de la planète, l'inflation n'est plus ce qu'elle était. La preuve : avant la pandémie, confiait-il récemment, le taux de chômage était tombé à 3,5 % ; pourtant, "cela ne s'était pas traduit par des pressions inflationnistes indésirables, contrairement à ce que l'on aurait pu anticiper. En réalité, l'inflation n'a même pas atteint 2 % de façon durable" . Pourquoi? Parce que le monde a changé. "Le genre d'inflation préoccupante, avec lequel des gens comme moi ont grandi, semble éloigné et peu plausible" , affirme Powell. La baisse des coûts via la mondialisation et les avancées technologiques tempèrent depuis des décennies les anticipations inflationnistes. En outre, les années 1970 av[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi