La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 699,93
    -612,78 (-3,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Inflation, dette, Chine, Russie… “le reset post-Covid-19 est une catastrophe”

Avec la pandémie de Coronavirus, certains, dont je faisais partie, avaient osé espérer qu’une réinitialisation économique, géopolitique et financière mondiale se produirait, de manière à repartir sur des bases plus saines. A l’instar d’un appareil temporairement défectueux, il faut effectivement parfois appuyer sur le bouton RESET pour redémarrer en corrigeant les erreurs du passé. C’est notamment dans ce but qu’en septembre 2020, j’ai écrit RESET - Quel nouveau monde pour demain ?, qui a d’ailleurs été un best-seller des essais économiques pendant deux ans et je vous en remercie.

Mais, malheureusement, comme je le craignais à l’époque, si la pandémie a bien engendré une réinitialisation, cette dernière n’a pas suscité les effets positifs escomptés. Bien au contraire, puisque la situation économico-financière post-Covid19 est pire que celle qui prévalait avant. En effet, les dettes publiques ont explosé dans la plupart des pays du globe, particulièrement en France et dans les pays du Sud de l’Europe, et ce, sans générer de croissance forte et durable. Le PIB annuel français est d’ailleurs toujours inférieur de 1,7% à celui qui prévalait en 2019. Autrement dit, le “quoi qu’il en coûte” n’a été qu’une “fuite en avant” qui n’a absolument pas permis de restaurer la bonne santé de la plupart des économies de la planète, notamment française.

Encore plus grave, la gabegie de dettes publiques, elle-même financée par une “planche à billets” irresponsable par son ampleur et sa durée (en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’euro souffre de la peur d’une pénurie d’énergie en Europe : le conseil Bourse
“Une récession devient probable, afin de maîtriser l’inflation par les taux”
Idemia, le champion tricolore de la sécurité numérique
Novartis obtient l'homologation d'un médicament dans l'UE pour une forme de leucémie
CAC 40 : la Bourse de Paris en net repli après le discours offensif de la Fed