La bourse ferme dans 8 h 10 min
  • CAC 40

    5 771,32
    -12,09 (-0,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 341,99
    -6,61 (-0,20 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9690
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 650,20
    -5,40 (-0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    19 394,29
    -416,09 (-2,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    430,25
    -14,29 (-3,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,89
    -0,85 (-1,08 %)
     
  • DAX

    12 239,26
    -44,93 (-0,37 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,23
    +25,63 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 797,72
    -135,55 (-0,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,0691
    -0,0166 (-1,53 %)
     

Inflation, crise énergétique: vers un nouveau dérapage des retards de paiement ?

JOEL SAGET / AFP

Après un bond des retards de paiement pendant la crise sanitaire, les entreprises françaises affichent désormais un délai de paiement de 12 jours en moyenne contre 14 jours à l’été 2020. Mais la dynamique pourrait s’inverser en raison du contexte inflationniste.

La France retrouve son niveau d’avant-crise, du moins, en termes de retards de paiement. C’est ce que révèle une étude publiée ce jeudi 22 septembre par le cabinet Altares qui montre une diminution de ces retards au niveau européen chez les entreprises. En moyenne, ils passent de 14,5 jours à l’été 2020 à 13 jours au deuxième trimestre 2022, et ce, en partie grâce à une belle dynamique du côté de la France et de la Belgique. En effet, les entreprises hexagonales reviennent à un niveau de 11,6 jours de retard - c'est-à-dire au-delà des 60 jours de délai pour régler une facture – au deuxième semestre contre 14,3 jours à l’été 2020.

Un résultat qui peut s’avérer surprenant au vu du contexte économique actuel. "Covid, difficultés d’approvisionnement, guerre en Ukraine, , ralentissement de l’activité économique, et désormais menace d'une récession... Ce contexte sérieux incite à la vigilance et par conséquent à la gestion précautionneuse de son cash. Pourtant, globalement, les comportements de paiement ne se dégradent pas. Mieux, ils s’améliorent. Les entreprises cherchent à préserver leur relation avec leurs fournisseurs et pour cela s’attachent à payer les factures à l’heure, quitte à négocier ponctuellement des délais plus longs lorsqu’ils sont sous le plafond des 60 jours", analyse Thierry Millon, directeur des études Altares. Ces délais de paiement ne sont toutefois pas rares dans l'Hexagone puisqu’au deuxième trimestre 2022, 61% des entreprises ont réglé leurs factures à leurs fournisseurs en retard, dont 5,6% avec plus de 30 jours de retard.

Dans le détail, l’étude met en avant le fait que certains secteurs sont particulièrement touchés par les retards de paiement. Les activités en B2C, fragilisées par la pandémie sont en effet davantage concernées avec des retards proches de 20 jours. On retrouve par exemple les entreprises de la restauration (19,4 jours), les salons de coiffure ou de beauté (19 jours) et les commerces de détail d’habillement (1.706 jours). À [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi