Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,98 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0845
    +0,0038 (+0,35 %)
     
  • Gold future

    2 095,70
    +41,00 (+2,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 789,27
    +630,11 (+1,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,87 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,04 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,62 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,04 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2660
    +0,0034 (+0,27 %)
     

Inflation : vers une baisse progressive à 5 % en juin

La situation conjoncturelle en France n’est « ni franchement favorable ni franchement défavorable », selon l'Insee (illustration) .  - Credit:ANP MAG / ANP via AFP
La situation conjoncturelle en France n’est « ni franchement favorable ni franchement défavorable », selon l'Insee (illustration) . - Credit:ANP MAG / ANP via AFP

La croissance va augmenter faiblement mais positivement en France, tandis que l’inflation devrait être à 5 % en juin prochain, selon l’Insee.

La hausse des prix devrait ralentir à partir de mars grâce au reflux des cours de l'énergie, mais s'élèverait toutefois encore à 5 % en juin, a pronostiqué l'Insee mardi. L'économie française devrait progresser de 0,2 % sur chacun des deux premiers trimestres de 2023 grâce à une production industrielle résistante.

« On est dans une situation conjoncturelle plutôt hésitante, ni franchement favorable ni franchement défavorable », a résumé Julien Pouget, chef du département de la conjoncture de l'Institut national de la statistique, lors d'une conférence de presse. Après avoir progressé d'un timide 0,1 % au quatrième trimestre 2022, le produit intérieur brut (PIB) augmenterait ainsi de 0,2 % au premier trimestre puis de 0,2 % à nouveau au deuxième, contre respectivement 0,1 % et 0,3 % anticipés précédemment.

À LIRE AUSSI Artus – Inflation : pourquoi la gestion de la BCE est hautement critiquable

Un rebond modeste

Après un net repli fin 2022, la consommation des ménages rebondirait « modestement », portée par la consommation d'énergie dans des conditions hivernales normales, après un automne particulièrement doux. Alors que les achats de véhicules continueraient à progresser, ceux des produits alimentaires pourraient rester pénalisés par des envolées des prix à deux chiffres, jusqu'à 13,7 % sur un an dans ce secteur en février, selon l'Insee.

Dans son ensemble, la hausse des prix à la consommation demeurerait sur « un plateau » autour de 6 % sur un an en février, un [...] Lire la suite

VIDÉO - Russie : l'inflation poussent les retraités vers les marchés d'aliments périmés