La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 771,18
    -138,41 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Inflation au plus haut, croissance au plus bas... La pression monte sur les salaires

Alors que l'inflation ne cesse d'augmenter et que le pouvoir d'achat baisse, la pression monte autour des salaires. Prises entre l'augmentation des matières premières, la baisse d'activité et la demande des syndicats, l'étau se resserre sur les entreprises.

Avec la nouvelle ce dimanche 1er mai, 85% des accords de branche auront des minimas inférieurs au minimum. Une situation qui, , une croissance à 0% ce mois-ci et un pouvoir d'achat toujours plus faible, augmente dramatiquement les tensions autour des salaires. Pour Clémence Berson, chercheuse en économie du travail au Liepp, affilié à Sciences Po, le réel problème de cette inflation est son côté incertain. "Les entreprises et les salariés sont dans l'expectative, car l'inflation est directement liée à l'incertitude géopolitique", explique-t-elle. "L'augmentation de l'inflation ne crée pas de situations nouvelles, ajoute Luc Mathieu, secrétaire national à la CFDT. Elle ne fait que mettre en lumière des situations qui existent depuis bien longtemps."

"L'Etat doit aider les entreprises"

Eric Chevée, vice-président chargé des affaires sociales de l'organisation patronale la CPME redoute, lui, la forte pression que le contexte économique met sur les petites et moyennes entreprises: "On va se prendre la hausse du Smic, la hausse des coûts de l'énergie et des matières premières, en plus d'un ralentissement net de l'activité." C'est pourquoi il espère intervention de l'Etat dans cette situation compliquée. "L'Etat doit intervenir pour aider les entreprises au niveau de l'énergie et de l'endettements des entreprises, nous demandons que le remboursement des prêts garantis par l'Etat puisse être étalé sur plus de quatre ans. Cela donnera une marge de manœuvre supplémentaire pour les entreprises au niveau des salaires." Clémence Berson abonde: "Pour les PME, la situation est encore plus compliquée, on peut s'attendre à des ajustements au niveau des marges."

Selon Gilles Raveaud, professeur d'économie à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, cette inflation ne crée "quasiment que des parties perdantes." Il reproche au gouvernement de ne pas être honnête sur la question du partage de la perte engendrée par cette inflation.

Quelles solutions?

Eric Chevée espère apaiser ce[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles