Publicité
La bourse ferme dans 23 min
  • CAC 40

    8 088,64
    -3,47 (-0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 030,74
    +5,57 (+0,11 %)
     
  • Dow Jones

    39 412,13
    -258,91 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0831
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    2 345,80
    -47,10 (-1,97 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 699,08
    -2 164,42 (-3,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 467,47
    -35,19 (-2,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,39
    -0,18 (-0,23 %)
     
  • DAX

    18 659,32
    -20,88 (-0,11 %)
     
  • FTSE 100

    8 335,64
    -34,69 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    16 884,99
    +83,45 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    5 309,84
    +2,83 (+0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2712
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Les infirmières abandonnent leurs études bien plus vite qu’il y a dix ans

gpointstudio / Adobe Stock

Des chiffres qui traduisent un malaise bien connu des autorités sanitaires. Ce jeudi 11 mai, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publie une étude qui révèle qu’en dix ans, les étudiantes en formation d’infirmière sont trois fois plus nombreuses à jeter l’éponge dès la première année d’études. Et ce, alors que les effectifs recrutés ont pourtant progressé sur la même période, avec l’augmentation des quotas de places en Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi).

En 2021 en effet, 10% des étudiantes ont abandonné leurs études en première année de formation alors qu’elles n’étaient que 3% dans ce cas en 2011. Mais d’autres déclarent forfait plus tard dans leur cursus de trois ans. “Sur l’ensemble de la scolarité de la promotion entrée en 2018, 14% des étudiantes ont abandonné leurs études, soit 3 points de plus que pour la promotion [diplômée en] 2011”, souligne la Drees. En 2018, 30.182 étudiantes étaient effectivement inscrites en première année de formation en soins infirmiers alors que seulement 24.557 en sont sorties diplômées trois ans plus tard. Soit 81% des étudiantes inscrites en début de cursus. “Cet écart ne s’explique qu’en partie par l’échec au diplôme”, insiste la Drees. Car seulement 25.849 étudiantes infirmières ont passé les examens d’obtention du diplôme en 2021, soit 86% des effectifs admis en première année trois ans plus tôt.

Depuis 2020 et le Ségur de la santé, les quotas de places en première année d’école (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CPF : vers une participation obligatoire de 30% pour les Français ?
Salaires : comment les enseignants des lycées professionnels pourront toucher 7.500 euros de plus par an
Fonctionnaires : le ministre Guerini veut parler des hausses de salaires avec les syndicats avant l'été
Environnement : les Français de plus en plus attentifs à l'engagement des entreprises
Ballet de l’Opéra de Paris : des salariés (presque) comme les autres