Publicité
La bourse ferme dans 2 h 28 min
  • CAC 40

    7 959,44
    +24,41 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 974,94
    +11,74 (+0,24 %)
     
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0834
    +0,0027 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    2 362,50
    -1,60 (-0,07 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 886,90
    +245,50 (+0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 460,89
    +5,02 (+0,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,66
    -0,57 (-0,72 %)
     
  • DAX

    18 494,43
    +21,14 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    8 212,77
    +29,70 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 054,13
    -502,74 (-1,30 %)
     
  • HANG SENG

    18 230,19
    -246,82 (-1,34 %)
     
  • GBP/USD

    1,2727
    +0,0023 (+0,18 %)
     

Infirmière tuée au CHU de Reims: le suspect avait poignardé quatre personnes en 2017

Infirmière tuée au CHU de Reims: le suspect avait poignardé quatre personnes en 2017

Le profil du suspect se précise. L'homme mis en cause dans l'homicide d'une infirmière au CHU de Reims lundi avait déjà poignardé quatre personnes en 2017, a appris BFMTV de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Il résidait alors dans un établissement ou service d’aide par le travail (ESAT), un établissement médico-social qui accueille des personnes en situation de handicap. Il avait poignardé quatre membres du personnel de la structure et avait été mis en examen pour violences volontaires aggravées.

Une décision était attendue vendredi

Selon nos informations, le juge d'instruction, après cinq ans d'enquête, avait estimé que l'homme était susceptible d'être déclaré pénalement irresponsable, et avait transmis le dossier au procureur pour qu'il saisisse la chambre de l'instruction de la Cour d'appel.

PUBLICITÉ

Cette instance aurait dû statuer sur son cas ce vendredi, mais ce lundi, l'homme a été interpellé après avoir poignardé une infirmière et une secrétaire médicale au sein de l'hôpital de Reims.

Une personne peut être déclarée pénalement irresponsable si elle était atteinte, au moment des faits qui lui sont reprochés, d'un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes.

Le suspect semble souffrir de "troubles sévères"

Cela ne signifie pas qu'aucune mesure ne peut être prise à son encontre. Une personne souffrant de troubles mentaux peut ainsi être hospitalisée d'office. Dans le cas de l'homme mis en cause à Reims, la Cour d'appel devait "statuer sur les mesures de sûreté susceptibles d'être prises", avait expliqué le procureur de la République dans un communiqué lundi.

Il "semble souffrir de troubles sévères et fait l'objet depuis plusieurs années d'une mesure de curatelle renforcée", avait indiqué le procureur de Reims. Selon nos informations, il a déclaré aux policiers qui l'ont interpellé qu'il en voulait au milieu hospitalier. Cet homme a été placé en garde à vue et l'enquête confiée au commissariat central de Reims.

Article original publié sur BFMTV.com