Marchés français ouverture 56 min
  • Dow Jones

    33 999,04
    +18,72 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    12 965,34
    +27,22 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    28 920,91
    -21,23 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0081
    -0,0011 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    19 805,19
    +41,28 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    22 641,17
    -750,16 (-3,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    542,33
    -15,40 (-2,76 %)
     
  • S&P 500

    4 283,74
    +9,70 (+0,23 %)
     

Les infections pourraient être détectables par les écouteurs

L’émergence de l’apprentissage profond, ou deep learning, ces dix dernières années a permis de grandes avancées en matière d’intelligence artificielle (IA). Grâce à des réseaux neuronaux elle permet d’entraîner des algorithmes à de nombreuses tâches, comme la reconnaissance faciale, la traduction automatique, les deepfakes et même à diagnostiquer certaines maladies. Et justement, des chercheurs de l’université d'État de New York à Buffalo ont mis au point une IA capable de vérifier la santé des oreilles.

Le système a été baptisé EarHealth (la santé des oreilles) et fonctionne grâce à des écouteurs intra-auriculaires reliés à un smartphone équipé d’une plateforme d’apprentissage profond. Les écouteurs émettent un chirp, ou impulsion modulée en rampe de fréquence. L’IA utilise le microphone intégré pour mesurer comment ce signal sonore résonne dans les canaux auditifs et crée ainsi un profil de la géométrie unique de l’oreille interne du porteur.

De simples écouteurs pour détecter trois conditions médicales

Le système émettra ensuite des chirps de manière régulière, par exemple une fois par jour, pour vérifier que ce profil n’a pas changé. Il est capable de détecter trois conditions qui modifient la géométrie des canaux auditifs : un bouchon de cérumen, une rupture du tympan et une otite.

Les chercheurs ont testé leur système sur 92 volontaires, composé de 27 personnes sans problème d’oreilles, 22 personnes avec une rupture du tympan, 25 personnes souffrant d’une otite et enfin 18 personnes avec un bouchon de cérumen. L’IA a réussi à correctement identifier les conditions dans 82,6 % des cas. La prochaine étape sera d’étudier comment d’autres facteurs, comme les poils ou de précédentes inflammations du tympan peuvent influer sur ces résultats.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles