Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 172,97
    -518,50 (-0,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Infection urinaire : faire un test en pharmacie est désormais possible

Gorodenkoff/Adobe Stock

Du nouveau en pharmacie. Désormais, les officines ont la possibilité de proposer et de réaliser des tests d’infection urinaire. L’autorisation leur a été octroyée par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2024 publiée au Journal officiel le 27 décembre 2023. Pour en bénéficier, il faut être une femme de 16 à 65 ans, indique le site service-public.fr, le 22 janvier 2024. En revanche, il ne sera pas possible d’en demander et d’en faire un si la personne est enceinte ou si elle présente un risque de grossesse. Par ailleurs, il y a une contre-indication si une femme a déjà eu une infection urinaire dans les quinze derniers jours.

Par ailleurs, il ne sera pas possible d’effectuer un test en pharmacie si la patiente a déjà eu trois épisodes d’infections urinaire au cours de l’année qui précède la nouvelle demande. En revanche, au rayon des bonnes nouvelles, il n’est pas nécessaire de passer par son médecin généraliste pour obtenir un test. Tout se fait directement en pharmacie. L’opération coûte 6 euros mais est pris en charge à 70 % par l’Assurance maladie. Le reste à charge est couvert par la complémentaire santé de la patiente.

Concrètement, le test consiste en un dépistage urinaire. Pour ce faire, le pharmacien vérifie en amont les symptômes que présente la patiente. Cette dernière se voit alors remettre un flacon. Elle doit se rendre dans les toilettes de l’officine pour réaliser ledit test. Le pharmacien va ensuite utiliser une bandelette urinaire pour chercher une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Malgré un entretien «constructif» avec Attal, la Coordination rurale ne lève pas les blocages
Rougeole : plus de 30 000 cas signalés en Europe en 2023, «une hausse alarmante»
Bienvenue à la London Clinic, le très luxueux hôpital privé où est soignée la princesse Kate
Christine Lagarde sévèrement critiquée dans un sondage interne de la BCE
«Ce qu'il nous annonce, c'est du racket» : le patron des communistes appelle à «faire tomber le gouvernement»