Marchés français ouverture 4 h 42 min
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 376,22
    +49,11 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0859
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    21 799,74
    -42,59 (-0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    21 288,16
    +66,25 (+0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,33
    +5,54 (+1,07 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     

Industrie verte: face aux envolées lyriques de Bruno Le Maire, les dirigeants jouent la prudence

AFP - Alain JOCARD

Le ministre de l’Economie a réitéré, lors de ses vœux, sa volonté de mettre en place une grande loi sur "l’industrie verte" et décarbonée en 2023. Les dirigeants industriels concernés attendent toutefois d’en savoir plus sur cette ambition nouvelle.

Le discours de Bruno Le Maire, à l’occasion de ses vœux, présentés le 5 janvier, semblait formaté pour séduire les responsables de l’industrie, notamment ceux présents dans la salle. A défaut de préciser les contours de son projet de loi sur "l’industrie verte", qui doit l’occuper tout au long de 2023, le ministre de l’Economie et de la Souveraineté industrielle n’a pas économisé son lyrisme et ses envolées. Le futur texte, qui nourrit l’ambition de projeter la France comme "première nation de l'industrie verte en Europe", s’inscrit selon Bruno Le Maire dans un "tournant historique de la mondialisation".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Car selon lui, "l’indépendance industrielle et la souveraineté économique sont les nouveaux leitmotivs de la politique économique mondiale", exprimés en particulier par les deux Etats dominants que sont la Chine et les Etats-Unis. La France, comme l’Europe, n’ont donc "pas une minute à perdre pour se saisir cette révolution idéologique" - une opportunité "comme il en arrive une fois dans un siècle", a-t-il estimé.

Protection des entreprises tricolores

Concrètement, il s’agira de "favoriser la commande publique nationale", d’accélérer les procédures pour la construction de nouvelles usines dans l’Hexagone et d’aider financièrement les entreprises susceptibles de développer une base industrielle autonome, dans les batteries, les semi-conducteurs, l’industrie pharmaceutique, l’hydrogène, etc. Pour cela, inévitablement, Paris promet d’engager la délicate réforme des aides d’Etat dans l’Union européenne, les règles actuelles étant jugées inadaptées au moment où les Etats-Unis déversent des centaines de milliards pour appuyer son secteur manufacturier, à travers l’Inflation réduction act (IRA).

Bruno Le Maire promet également [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi