La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 536,54
    -322,32 (-1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Industrie: le groupe d'ameublement Gautier perce dans le sur-mesure

A. Libaud/SP

Le fabricant vendéen se lance dans la fabrication de meubles à la demande. Une transformation qui lui permet de résister à la concurrence.

La même excitation que pour une rentrée des classes. En ce mois de septembre, le site de Saint-Prouant (Vendée) du groupe Gautier accueille une équipe supplémentaire d'une dizaine de personnes. Elle aura pour tâche de faire monter en puissance la ligne de production baptisée Batch One du fabricant de meubles. Fruit d'un investissement de 12 millions d'euros, dont 1,5 million provenant du , l'usine sort d'une phase de réglage de près de neuf mois: le ballet de robots qui piochent dans le stock de plaques de bois et les découpent au millimètre va pouvoir commencer.

"Depuis notre usine de Chantonnay, construite en 1972, qui produit des séries de 200 à 500 meubles, nous ne cessons de gagner en flexibilité, détaille David Soulard, directeur général de l'entreprise familiale . Le site du Boupère, ouvert en 2015, permet déjà de tomber à 20 unités. Avec Batch One, nous pouvons désormais réaliser des meubles à la demande."

Diversification nécessaire

L'investissement est suivi de près dans le petit monde de l'industrie tricolore. "Cette transformation, avec une personnalisation de masse de la production, est importante car elle répond à un besoin de plus en plus prégnant des clients", pointe Jean-Marie Danjou, directeur général de l'Alliance Industrie du Futur. "Ce type d'investissement permet à Gautier - et à l'industrie française en général - de se distinguer des acteurs qui proposent des produits standards" , renchérit Cathy Du-four, déléguée générale de l'Ameublement français.

Si l'entreprise fournit en lits, bureaux et commodes bon marché Conforama et But sous la marque Gami, pas question de rester sur ce seul créneau, dominé par Ikea. Malgré les difficultés créées par la pénurie de matières premières, Gautier a décidé de ne pas relâcher ses efforts financiers. Pressé aussi qu'il est par son grand concurrent tricolore, Schmidt Groupe. La société qui fabrique des cuisines et meubles de rangement à la demande a inauguré en avril une extension de 20.000 m2 dans son usine de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi