Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 089,82
    +23,19 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,46
    -33,87 (-2,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2650
    -0,0010 (-0,08 %)
     

En Indonésie, les centrales au charbon vont recevoir le label vert

photo ULET IFANSASTI/The New York Times

Le charbon, une industrie verte ? C’est la position qu’a décidé d’adopter l’Indonésie. La Haute Autorité indonésienne des services financiers (OJK), qui a mis en place depuis 2022 à destination des banques et des institutions financières une taxonomie verte, c’est-à-dire une classification des activités économiques en fonction de leurs risques ou de leurs impacts sur l’environnement, “a l’intention de classer dans la catégorie verte la construction de centrales électriques au charbon pour le traitement de minéraux critiques tels que l’aluminium et le nickel”, alerte le magazine Tempo.

L’Indonésie est le cinquième producteur et premier exportateur mondial de charbon, ce qui peut expliquer que l’autorité financière de Jakarta ait choisi de revoir sa classification. Mais cette dernière se justifie en soulignant que les produits finaux de la transformation de ces minéraux seront destinés aux besoins de la transition énergique.

Tempo dénonce ce qu’il définit comme une nouvelle forme de greenwashing, à savoir le transition washing : “Il s’agit d’une pratique qui utilise des promesses de projets de transition énergétique comme prétexte pour couvrir le financement d’énergies sales telles que le charbon.”

Binbin Mariana, une militante contre le financement du charbon du mouvement Market Forces, observe que même lorsque le charbon était dans la catégorie rouge les banques locales les finançaient toujours.

PUBLICITÉ

Elle cite l’exemple de cinq des plus grandes banques indonésiennes qui, en mai, ont déboursé des fonds pour la construction d’une nouvelle centrale électrique au charbon d’une capacité de 1,1 gigawatt appartenant à la filiale Adaro Energy dans la province de Kalimantan du Nord, sur l’île de Bornéo.

“À quoi bon ? ”

“Alors, à quoi bon donner aujourd’hui le label vert aux centrales à charbon ? Cela n’a aucun effet sur les banques locales”, a déclaré Mariana à Tempo.

Selon l’Institut d’économie énergétique et d’analyse financière, plus de 200 banques et institutions financières mondiales restreignent le financement du charbon. “Mais aucune banque indonésienne ne figure sur la liste”, déplore le magazine.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :