La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 252,61
    -684,43 (-2,21 %)
     
  • Nasdaq

    13 219,28
    -406,78 (-2,99 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    -0,0068 (-0,56 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 830,77
    -995,03 (-3,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    627,89
    -12,02 (-1,88 %)
     
  • S&P 500

    3 738,58
    -111,04 (-2,88 %)
     

Indice de réparabilité des appareils électriques: un big bang pour le secteur, vraiment?

·2 min de lecture

Parmi les mesures phares de la loi anti-gaspillage, l'indice de réparabilité est entré en vigueur ce 1er janvier 2021. Parviendra-t-il à réellement transformer l'écosystème des produits électroniques? Analyse.

Une petite étiquette érigée en étendard de la lutte contre le tout jetable. L'indice de réparabilité, l'une des mesures phares de la loi pour l'économie circulaire est entré en vigueur ce 1er janvier 2021. Objectif : tenter de sortir l'écosystème des appareils électriques du tout jetable. Un vrai pari alors que .

Présenté sous forme d'une note sur 10, cet indice de réparabilité est aujourd'hui obligatoire pour cinq catégories de produits: les smartphones, télévisions, ordinateurs portables, lave-linges et tondeuses à gazon. "Des produits emblématiques de la vie quotidienne des foyers français, et qui ont un impact environnemental important", pointe Raphaël Guastavi, chef de service adjoint service produits et efficacité matière de , l'Agence de la transition écologique.

Concrètement, la grille de calcul de l'indice prévoit quatre critères communs: la facilité de démontage, la documentation technique, la durée de vie des pièces détachée, le prix de la pièce détachée par rapport à l'appareil neuf. Plus un cinquième spécifique selon la catégorie du produit - exemple, dans le cas du smartphone, la possibilité de mise à jour du logiciel embarqué .

Convaincre consommateurs et constructeurs

L'ambition de l'Ademe est ainsi de mieux informer les consommateurs sur la réparabilité de leurs produits, pour que ce critère devienne un véritable levier d'achat. Et faire de la réparation un vrai réflexe en cas de panne. La mesure a des chances de convaincre les consommateurs. "La durabilité d'un produit a toujours été un critère de choix du consommateur, pour obtenir le meilleure rapport qualité-prix, observe Régis Koenig, directeur de la politique des services de . Cet indice de réparabilité correspond donc à un mouvement de fond, sur lequel s'est greffée une prise de conscience écologique."

A l'image de l'étiquette énergie, le but est aussi de pousser les constructeurs, qui y semblent préparés, à améliorer la durée de vie de leurs produits. Certains jouent d'ores et déjà le jeu.[...]

Lire la suite sur challenges.fr