La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 257,37
    -680,15 (-2,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Indiana Jones ou l’archéologie à coups de fouet

·2 min de lecture

Le personnage inventé il y a quarante ans par George Lucas et Steven Spielberg ferait un piètre archéologue. Ses films sont remplis de lieux, objets et personnages à l'authenticité parfois douteuse. Inventaire.

“C’est un fantasme de petite fille. C’est pour cela que je fais de l’archéologie aujourd’hui”, dit une fan, des étoiles dans les yeux, interrogée dans le hall d’une salle de cinéma. La séquence figure dans le documentaire Indiana Jones, à la recherche de l’âge d’or perdu diffusé par Arte le 14 mai 2021, pour célébrer les 40 ans de ce personnage d’archéologue aventurier créé par George Lucas et Steven Spielberg. Les Aventuriers de l’arche perdue est sorti le 12 juin 1981 aux États-Unis (et le 16 septembre en France). Il sera suivi de trois autres films, en attendant un cinquième en 2022, retardé pour cause de pandémie de Covid-19. Mais s’il a engendré une frénésie mondiale, pas toujours pour le meilleur, comme le détaille le documentaire, une chose est sûre : il ne faut surtout pas baser sa vocation d’archéologue sur les exploits d’Indiana Jones !

Les , les vrais, se sont souvent exprimés sur la question. Dans la première scène du premier film, Indy vole une idole précolombienne dans un temple ; dans celle du deuxième, Indiana Jones et le temple maudit (1984), il échange les cendres d’un empereur mandchou contre un diamant avec un gangster chinois ; dans Indiana Jones et la dernière croisade (1989), il défonce à coups de pied le sol d’une vieille bibliothèque pour accéder à une nécropole médiévale qu’il ne ménage vraiment pas. Dans Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal (2008), on apprend que notre héros a participé à l’étude de l’alien de Roswell, et on ne voit pas bien pourquoi.

“Oubliez les cités perdues et les explorations exotiques, on ne suit pas de cartes au trésor et une croix n’est jamais, jamais un repère ; 70% de l’archéologie se fait en bibliothèque, en recherches, en lectures”, assène le docteur Henry “Indiana” Jones à ses étudiants dans une séquence de La Dernière Croisade. Certes, mais les films montrent exactement le contraire. Et qu’y a-t-il de sérieux dans ces histoires d’arche d’alliance, de pierres sacrées de Sankara, de crâne de cristal [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles