La bourse est fermée

Inde: manifestations anti-Amazon lors d'une visite de Jeff Bezos

1 / 2

Manifestation contre le géant du commerce en ligne Amazon à New Delhi, le 15 janvier 2020

Traders hold placards during a demonstration demanding the closure of online shopping platforms Amazon and Flipkart, in New Delhi on January 15, 2020. Bezos, whose worth has been estimated at more than $110 billion, is officially in India for a meeting of business leaders in New Delhi

New Delhi (AFP) - Des commerçants ont manifesté leur colère mercredi en Inde à l'encontre du géant du commerce en ligne Amazon, visé par une enquête antitrust dans le pays, à l'occasion de la venue de son fondateur Jeff Bezos.

Une cinquantaine de commerçants ont manifesté dans la capitale New Delhi aux cris de "Jeff Bezos, repars !" a constaté l'AFP.

L'homme le plus riche du monde, avec une fortune estimée à plus de 110 milliards de dollars, est dans le pays d'Asie du Sud pour un déplacement de trois jours.

Lors d'une conférence organisée mercredi matin par Amazon à New Delhi, il a promis de mettre un milliard de dollars sur la table pour aider des commerces indiens de petite et moyenne tailles à faire leur transition numérique.

Cette visite dans un marché clé pour sa multinationale survient alors que l'autorité de la concurrence indienne a annoncé lundi qu'elle enquêtait sur Amazon et son concurrent local Flipkart, propriété de la chaîne de distribution américaine Walmart. Il leur est reproché d'avoir tué des commerces locaux en favorisant des "vendeurs préférés" sur leurs plateformes.

Les détracteurs locaux de l'entreprise basée à Seattle (États-Unis) l'accusent d'avoir enfreint les règles des investissements étrangers en Inde et d'avoir consacré des milliards de dollars à des réductions qui ont poussé des commerces traditionnels à la faillite.

"Nous ne sommes pas contre le commerce en ligne", a déclaré Sumit Agarwal, secrétaire national de la Confederation of All India Traders, organisation qui dit représenter 70 millions de petits fonds de commerces et a promis des manifestations anti-Amazon dans 300 villes du géant d'Asie du Sud.

"Nous voulons que la commission (de la concurrence, ndlr) et le gouvernement établissent des règles justes et équitables où les Amazon, Flikpart et autres ne peuvent abuser du système avec des subventions injustes et des vendeurs favorisés", a-t-il expliqué, citant notamment le cas des smartphones vendus en ligne avec de fortes réductions.

D'après la presse indienne, M. Bezos a cherché à rencontrer le Premier ministre indien Narendra Modi. Ni le gouvernement ni Amazon n'ont confirmé la tenue d'une telle rencontre.

Pays profondément protectionniste, l'Inde encadre strictement la vente en ligne pour les sociétés à capitaux étrangers afin de préserver les millions d'emplois des commerces "en dur" et faciliter l'émergence de champions locaux.

Le commerce en ligne dans la deuxième nation la plus peuplée du globe est actuellement dominé par Amazon et Flipkart. Cet ordre des choses pourrait être bouleversé par l'arrivée prochaine du portail de l'industriel Mukesh Ambani, homme le plus riche d'Inde, qui ne sera pas soumis aux mêmes restrictions que ses concurrents internationaux.

Une population jeune aux nouveaux usages, une classe moyenne grandissante et surtout une pénétration toujours plus grande d'internet dans la société - particulièrement à travers la démocratisation des smartphones - font de l'Inde un eldorado potentiel pour les acteurs de la distribution en ligne.