La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0797
    -0,0114 (-1,05 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 650,05
    -222,20 (-1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Inde: dans le Gujarat, la mémoire des émeutes de 2002 influence encore les votes

AP - Ajit Solanki

On continue de voter, depuis le 1er décembre, pour les législatives au Gujarat, place forte du parti nationaliste hindou BJP. Il y a vingt ans, des émeutes anti-musulmanes y faisaient plus de 1 000 morts et 100 000 déplacés. Une tragédie qui continue d'influencer les dynamiques politiques de la campagne.

Avec notre envoyé spécial à Ahmedabad, Côme Bastin

Dans le bidonville musulman de Bombay Hotel, la mémoire des affrontements de 2002 oriente les votes. « Trois personnes de ma famille ont été tuées en 2002 par les extrémistes hindous. C'est pour cela que j'ai dû fuir. Dans ce ghetto, tout le monde vote pour le parti du Congrès. Leurs députés sont les seuls à se soucier de notre sort, à se battre pour amener l'eau et l'électricité », raconte, Munaf Sheik, un habitant de 60 ans.

De son côté, le BJP affirme avoir ramené la paix civile dans le Gujarat. Le ministre de l'Intérieur Amit Shah a récemment choqué en affirmant que les tueries avaient servi de leçon aux fauteurs de troubles.

Élu un an avant les émeutes, Narendra Modi a su calmer les tensions, juge Yogesh Bhatt, un hindou de 66 ans : « Les divisions entre hindous et musulmans ont été créées artificiellement. Pour nous, les musulmans, les chrétiens sont aussi des "hindous", ils font partie de l'Inde. Dans ce pays, tout le monde est égal ».

►À relire : Élections au Gujarat : le BJP tente de s'approprier l'héritage de Gandhi


Lire la suite sur RFI