Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 687,72
    +98,56 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    17 803,87
    +114,98 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,0726
    +0,0017 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 458,69
    -589,66 (-0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,80
    -13,36 (-0,96 %)
     
  • S&P 500

    5 461,73
    +30,13 (+0,55 %)
     

Incidents OM-OL: la LFP exige "des sanctions fortes" contre les auteurs de "ces actes inqualifiables"

Incidents OM-OL: la LFP exige "des sanctions fortes" contre les auteurs de "ces actes inqualifiables"

Comment vous réagissez après ces incidents très graves survenus hier soir à Marseille ?

Avant toute chose, nous avons eu une pensée pour Fabio Grosso et son adjoint. Il est totalement inacceptable que des acteurs du jeu soient pris pour cible par des abrutis. Nous leur souhaitons un prompt rétablissement. Le plus important est qu’ils récupèrent le mieux possible après cette attaque dont ils ont été les victimes. Bien évidemment, et cela va de soit, la Ligue condamne fermement les incidents. Maintenant, condamner, c’est le minimum, et cela ne suffit pas. Il faut agir. Il faut des sanctions fortes. Le plus important, c’est donc de sanctionner très durement les coupables. En la matière, la Ligue ne faiblit pas. Nous sommes sûrement une des instances les plus répressives en Europe. On vient de le vérifier dans le dossier Montpellier-Clermont et vous suivez parfaitement la situation pour savoir que la commission de discipline prend très régulièrement des sanctions lourdes pour fermer des tribunes. Nous sommes également intraitables sur les propos tenus en match ou en dehors des matchs, comme le prouve la sanction prise dernièrement contre le joueur Atal.

"Cela ne relève pas de notre responsabilité"

Gérald Darmanin s'est défendu ce lundi matin sur RMC et BFM TV, affirmant que les pouvoirs publics ont fait leur travail hier. Les incidents ont eu lieu à 500m du stade. Que peut faire la Ligue ?

La Ligue collabore parfaitement tout au long de la saison avec tous les services de l’Etat concernés. A ce sujet, nous sommes en train de finaliser avec les ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Sports une nouvelle convention qui fixe les modalités d’organisation des rencontres et des périmètres des responsabilités de chacun. En matière de prévention, d’action et de répression, la Ligue effectue un travail reconnu de tous, et notamment par les services de L’Etat. Dans le cas présent, comme vous le dites, les incidents ont eu lieu à 500 mètres du stade. Cela ne relève pas de notre responsabilité. Pour autant, comme pour chaque incident, nous sommes aux côtés de l’Etat et nous soutenons pleinement les déclarations de Gérald Darmanin qui demande une plus grande fermeté de la justice à l’égard des auteurs de ces actes d’une particulière gravité.

PUBLICITÉ

Allez-vous porter plainte comme les deux clubs ?

Bien évidemment, nous nous constituerons partie civile dans ce dossier, comme nous le faisons systématiquement en cas d’incidents graves, l’atteinte à l’image du football étant incontestable.

"Ces individus n'ont pas pas leur place au stade, ni aux abords du stade"

Le match sera-t-il rejoué à huis clos ?

Il appartiendra à la Commission des Compétitions qui se réunit dès jeudi de traiter cette question.

Des gestes racistes et homophobes ont été vus dans l’enceinte. Que va faire la Ligue pour punir ces agissements ?

Dès que des faits racistes ou homophobes sont constatés, la commission de discipline s’en saisit. Il en sera bien entendu de même sur les agissements constatés en tribunes.

La ministre des sports dit encore ce matin "qu’un travail avec le mouvement sportif, la Ligue de foot dans la sévérité doit être confirmée". Que pouvez-vous faire de plus pour éradiquer ces comportements ?

Aujourd’hui, partout en Europe, le football doit faire face à des phénomènes de violences comme des incidents racistes récurrents en Espagne et en Italie ou encore des matchs arrêtés aux Pays-Bas suite à des phénomènes de hooliganisme. La France n’est donc pas un cas isolé et la Ligue traite ces questions avec une très grande fermeté. Mais au-delà des très nombreuses sanctions collectives prises par la Ligue, le travail de collaboration avec les services de l’Etat demeure essentiel afin d’obtenir des sanctions individuelles plus efficaces contre les auteurs de ces actes inqualifiables. Ces individus n’ont pas leur place au stade, ni aux abords du stade.

Article original publié sur RMC Sport