Marchés français ouverture 15 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0381
    -0,0024 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    17 344,88
    -228,70 (-1,30 %)
     
  • BTC-EUR

    15 615,95
    -460,35 (-2,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,83
    -2,83 (-0,74 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Incendie spectaculaire au marché de Rungis : dégâts matériels et 200 personnes au chômage

Les Halles Mandar qui abritaient un grossiste en herbes aromatiques, fruits et légumes ont disparu en deux heures le dimanche 25 septembre. Plus de 200 salariés sont au chômage technique.

Les causes exactes de cet incendie spectaculaire ne sont pas encore connues. Le feu a été aperçu vers 12h30 le 25 septembre alors que le plus grand marché de France était en repos. Fort heureusement, il n'y avait personne dans cet entrepôt d'une superficie de 7.000 mètres carrés qui abrite l'entreprise de la famille Abramczyk, spécialisée dans les herbes aromatiques, les fruits et légumes.

Les Halles Mandar ont la spécificité d'avoir été construites par l'entreprise lorsqu'elle a transféré son activité dans le nouveau marché de Rungis en 1969 depuis le quartier des Halles au centre de Paris. Elles bénéficiaient d'une concession de terrain de la part de l'Etat, propriétaire des lieux. Il ne reste plus qu'une quinzaine de grossistes dans cette situation aujourd'hui sur 1.200 entreprises présentes dans marché d'intérêt national (MIN).

Les restaurants gastronomiques de la capitale et même de province venaient se fournir aux Halles Mandar. Le patron Jacques Abramczyk et ses deux fils sont des figures connues de tous sur le marché de Rungis qui emploient plus de 12.000 salariés dans cette "ville dans la ville" de 234 hectares.

La brigade des Sapeurs pompiers de Paris est intervenue dans le quart d'heure mais il a été très vite décidé de ne pas lutter contre le feu mais d'éviter coute que coûte la contagion aux autres entrepôts. Plus de 200 soldats du feu et 30 véhicules étaient présents sur place, venus de la caserne proche de Chevilly-Larue (Val-de-Marne) et de Paris.

La structure en acier s'est très vite effondrée sous l'effet de la chaleur. Outre la marchandise présente sur place, ce sont les emballages en plastique et les palettes en bois qui ont flambé. Pas question pour les pompiers, ni pour l'équipe anti-incendie de Rungis de s'aventurer dans un édifice aussi dangereux.

Les pompiers ont mis fin au sinistre avec de la mousse plutôt qu'avec de l'eau. Une impressionnante colonne de fumée noire s'est élevée au dessus de la zone visible depuis Paris où de nombreux habi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi