Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,88 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 804,65
    +208,18 (+0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0735
    +0,0038 (+0,35 %)
     
  • HANG SENG

    18 027,71
    -0,81 (-0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    55 509,27
    -3 783,20 (-6,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 231,93
    -77,79 (-5,94 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     

Imprimer de la peau coûtait cher, alors ces scientifiques l’ont fait avec des Lego

Des scientifiques ont construit avec des Lego une machine surprenante : elle est capable de reproduire des tissus humains.

Pour des recherches biologiques, les échantillons de tissus humains sont souvent primordiaux. Ils permettent de mener des expériences réalistes qui peuvent, à terme, améliorer la santé et le bien-être des humains. S’il est possible d’en obtenir grâce à des dons ou lors d’interventions chirurgicales, il est tout de même de plus en plus compliqué pour un scientifique de s’en procurer. Pour y remédier, certains misent sur la bio-impression 3D, qui permet aux scientifiques de cultiver des cellules en trois dimensions, tout en reproduisant avec plus de précision l’architecture complexe de la biologie humaine.

Les scientifiques de l’Université de Cardiff ont d’ailleurs partagé, dans un article publié le 26 mars 2023 sur The Conversation leur création : une imprimante 3D « peu coûteuse et facilement accessible, capable de créer des échantillons de tissus humains ». Mais, celle-ci n’a pas été construite avec des matériaux classiques. Les scientifiques ont plutôt misé sur un jouet bien connu : des Lego.

Lego = économie

L’utilisation de jouets peut sembler étrange pour un projet qui est aussi important pour la recherche scientifique. Mais, c’est en réalité une idée intéressante pour limiter les coûts de production d’ordinaire très élevés d’une imprimante 3D. La plupart du temps, cela nécessite une technologie importante et onéreuse. Selon les auteurs de l’article,

[Lire la suite]