Marchés français ouverture 31 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1675
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    24 110,67
    -475,93 (-1,94 %)
     
  • BTC-EUR

    11 271,64
    -277,54 (-2,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    257,68
    +15,00 (+6,18 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

Un implant pour voir comme L’Homme qui valait trois milliards ?

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

L’œil bionique de la série télévisée des années 1970, L’Homme qui valait trois milliards, pourrait bientôt devenir une réalité, tout du moins dans une forme simplifiée. Des chercheurs de l’université Monash en Australie viennent de mettre au point un implant capable de restaurer en partie la vue de personnes aveugles. La préparation pour des essais humains est en cours, après un test concluant sur des moutons.

Le dispositif est constitué de deux parties. Tout d’abord, les médecins insèrent quatre petits implants carrés au niveau du cortex visuel, de 9 x 9 mm, chacun contenant 43 électrodes. Ils sont reliés sans fil à un appareil externe. Celui-ci est constitué d’un casque avec une caméra, et un « processeur visuel » de la taille d’un smartphone qui traite le signal et le transmet aux implants.

Des électrodes aussi fins qu’un cheveu transmettent le signal au cortex visuel. © Université Monash
Des électrodes aussi fins qu’un cheveu transmettent le signal au cortex visuel. © Université Monash

L’implant pourrait également traiter la paralysie

Le cerveau reçoit ainsi des images constituées de 172 points de lumière. Selon les chercheurs, cela fournit suffisamment d’informations pour s’orienter dans des environnements internes et externes, et reconnaître la présence de personnes et d’objets. Les implants ont été testés sur trois moutons sur une durée allant jusqu’à trois mois. Avec un total de 2.700 heures d’utilisation active, les chercheurs soulignent l’absence d’effets secondaires.

L’appareil se révèle également prometteur pour aider des patients atteints de troubles neurologiques comme la paralysie. Selon le Dr Yang Wong, qui a participé au projet, les applications pourraient être encore plus nombreuses. Les chercheurs souhaitent explorer l’utilisation de cette technologie pour traiter l’épilepsie et la dépression, restaurer d’autres sens, et enfin créer des prothèses contrôlées par le cerveau.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura