Marchés français ouverture 4 h 39 min
  • Dow Jones

    34 639,79
    +617,75 (+1,82 %)
     
  • Nasdaq

    15 381,32
    +127,27 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 692,34
    -61,03 (-0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,1303
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    23 512,57
    -276,36 (-1,16 %)
     
  • BTC-EUR

    49 715,92
    -192,94 (-0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 429,19
    -9,69 (-0,67 %)
     
  • S&P 500

    4 577,10
    +64,06 (+1,42 %)
     

Un impact géant a arraché son atmosphère à une exoplanète

·2 min de lecture

Dans les systèmes planétaires naissants, il n’est pas rare que des corps entrent en collision. Les astronomes pensent par exemple que notre Lune a vu le jour, il y a environ 4 milliards d’années environ, suite à une collision de notre Terre avec une protoplanète de la taille de Mars baptisée Théia. Mais aujourd’hui, des chercheurs annoncent avoir trouvé, dans un système planétaire autre que le nôtre, des preuves d’un tel impact. Ils vont même un peu plus loin en affirmant que cet impact a, en quelque sorte, « dépouillé » l’exoplanète de son atmosphère.

L’impact en question s’est produit à seulement 95 années-lumière de notre Système solaire. Autour d’une étoile nommée HD 172555. Une étoile âgée d’à peine 23 millions d’années. La collision se serait produite il y a quelque 200.000 ans, entre une planète de la taille de notre Terre et un impacteur plus petit, se déplaçant à pas moins de 36.000 kilomètres par heure.

HD 172555 avait attiré l’attention des astronomes à cause de la composition inhabituelle du disque de poussière qui l’entoure. Un disque étonnamment riche en minéraux et comportant des grains bien plus fins que les autres disques circumstellaires que les chercheurs ont l’habitude d’étudier. Alors les astronomes du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) ont creusé dans les données de l’Atacama Large Millimeter Array (Alma, Chili). À la recherche de signes de monoxyde de carbone (CO) — parce que c’est le plus brillant des gaz — autour de cette drôle d’étoile.

C’est à l’aide de l’Atacama Large Millimeter Array (Alma, Chili) que des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) ont mesuré les teneurs en monoxyde de carbone (CO) autour de l’étoile HD 172555. © Chr. Offenberg, Adobe Stock
C’est à l’aide de l’Atacama Large Millimeter Array (Alma, Chili) que des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) ont mesuré les teneurs en monoxyde de carbone (CO) autour de l’étoile HD 172555. © Chr. Offenberg, Adobe Stock

Une collision trahie par du monoxyde de carbone

Les chercheurs ont d’abord confirmé la présence de CO autour de HD 172555. Ils ont ensuite mesuré son abondance. Elle n'est pas moins de 20 % du monoxyde de carbone présent dans l’atmosphère...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles