Marchés français ouverture 7 h 15 min
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    27 001,52
    +262,49 (+0,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0692
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 250,89
    -1 346,78 (-4,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    658,56
    -16,31 (-2,42 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     

Impôts, retraite, temps de travail: les patrons s'invitent dans la campagne présidentielle

·2 min de lecture

Les organisations patronales profitent de la campagne présidentielle pour avancer leurs idées. Le Medef a été le premier mouvement à dégainer. Au menu : baisse des prélèvements obligatoires, chasse à la bureaucratie...

Le patronat s’invite dans la campagne présidentielle. Inquiet du peu de place accordée aux entreprises dans les débats, le a interpelé tous les candidats avec la présentation le lundi 24 janvier . Un tour de chauffe puisque la première organisation patronale va auditionner mi-février tous les candidats lors d’un grand raout à Station F à Paris. Mais, les autres mouvements patronaux comme la Confédération des Petites et moyennes entreprises (CPME) et l'Union des entreprises de proximité (U2P) comptent aussi se faire entendre en formulant leurs attentes dans les prochaines semaines. Coût du travail, âge de la retraite, allongement du temps de travail… Petit florilège des idées chocs du patronat pour booster l’économie française.

Baisser les impôts des entreprises

Aux yeux du patronat, le compte n’y est toujours pas. Malgré la baisse de l’impôt sur les sociétés à 25 % par Emmanuel Macron et la diminution de , le Medef réclame une réduction supplémentaire de 35 milliards d’euros en cinq ans. "Le gouvernement a amorcé le mouvement mais il faut aller plus loin sur les impôts de production, avance Geoffroy Roux de Bézieux, le président de l’organisation patronale. Car l’écart reste de 64 milliards avec l’Allemagne, ce qui nuit à notre compétitivité." Pour compenser la perte de recettes pour les collectivités locales, le Medef suggère de leur réaffecter une part de la TVA et de l’impôt sur les sociétés. Autre sujet brûlant pour le patron des patrons : la transmission des entreprises familiales. "Le coût fiscal est trop élevé, ce qui dissuade beaucoup d’héritiers de reprendre la firme de leurs parents", relève-t-il. Sa solution : augmenter l’exonération du Pacte Dutreil à 95 % avec une obligation d’engagement de 10 ans au lieu de 6 ans.

Repousser l'âge de la retraite

Pour le Medef, est "la mère des réformes". Afin de réduire le déficit des régimes, estimé entre 7 et 10 milliards d’euros en 2021, Geoffroy Roux de Bézieux défend un report de l’âge légal de départ à 65 ans. "[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles