La bourse ferme dans 5 h 35 min

Impôts : les gains du loto et autres jeux de hasard sont-ils taxés ?

La probabilité de remporter le «jackpot» au loto ou à un autre jeu de hasard est très faible. En 2018, seuls 390 joueurs ont gagné plus de 500.000 euros selon la Française des Jeux. Mais cela peut rapporter gros et les gains sont exonérés d’impôt sur le revenu.

Pourquoi un tel avantage fiscal ?

L'absence de taxation tient au fait que les gains ne sont pas considérés comme des revenus. La plupart des jeux d’argent et de hasard sont concernés par cette aubaine. Attention toutefois à ne pas en faire une activité à part entière (comme c’est par exemple le cas des joueurs de poker professionnels). Dans ce cas, les gains peuvent être considérés comme des revenus par l’administration fiscale.

Autre cas particulier : les casinos. Les gains supérieurs à 1.500 euros subissent une CSG de 13,7% (l’argent gagné aux machines à sous est taxé à 11,2% quoiqu’il arrive).

Donc l’État gagne peu grâce aux jeux d’argent ?

Non, c’est même tout le contraire.

Que le montant affiché du «jackpot» du loto soit net d’impôts ne signifie pas que Bercy n’a pas prélevé son dû en amont. Et, en effet, sur les 15,8 milliards d’euros de mises réalisées auprès de la FDJ en 2018, 3,3 milliards ont été collectés par l’État.

En 2017, les prélèvements sociaux et fiscaux sur les casinos se sont élevés à 1,2 milliard d’euros, ceux sur les paris sportifs et hippiques (hors Française des Jeux) ont atteint 960 millions d’euros et ceux liés au poker 77 millions.

Au total, les jeux d’argent rapportent donc au fisc de l’ordre de 5,5 milliards d’euros. C’est plus que ce que rapportait l’ISF avant sa transformation en IFI ou l'équivalent de 6% du montant total de l'impôt sur le revenu.

Une fois l’argent gagné, puis-je en faire profiter mes proches ?

Vous avez gagné un million d’euros et souhaitez en donner une partie à vos ...