Publicité
Marchés français ouverture 2 h 45 min
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • Nikkei 225

    38 856,06
    -20,65 (-0,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0810
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 034,42
    +96,58 (+0,54 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 545,51
    +80,65 (+0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 431,45
    +36,41 (+2,61 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     

Impôts : attention à l'arnaque du trop-perçu

HJBC/Adobe Stock

Vous avez payé trop d'impôts et l'administration fiscale vous doit un remboursement. Voici le genre de nouvelles que l'on reçoit avec le sourire. Cependant, méfiance, si vous avez récemment reçu ce type de messages par téléphone, des escrocs se font en effet passer pour des agents du fisc, non pas pour vous donner de l'argent, mais pour vous en dérober.

Des contribuables ont ainsi reçu le message suivant : "Info Impots Gouv. Trop-perçu constaté sur votre avis d'imposition 2023. Suivez le lien afin de procéder au remboursement : https://impot-gov.info", relève Actu.fr, mardi 29 août. Or, il ne faut surtout pas cliquer sur le lien indiqué, dont l'adresse mentionne "gov" au lieu de "gouv", car il renvoie vers un site espion, où il vous sera demandé d’indiquer vos coordonnées bancaires. Dans un contexte d'inflation et d'augmentation de la taxe foncière, l'escroquerie pourrait faire de nombreuses victimes, pensant bénéficier de cette manne financière.

Pour éviter de tomber dans le panneau, pensez à bien vérifier le message. Les fautes d'orthographe sont notamment un bon indice. Par ailleurs, la Direction générale des finances publiques (DGFiP) rappelle qu'elle ne demandera "jamais de coordonnées bancaires, d’informations personnelles, de données d’identification des fournisseurs et des clients, d’informations sur les factures ou sur les références des contacts financiers", que ce soit par courriel ou téléphone, précise-t-elle à nos confrères.

Déjà, ce printemps, des contribuables avaient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite