La bourse ferme dans 2 h 17 min
  • CAC 40

    5 898,28
    -38,14 (-0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 398,40
    -35,05 (-1,02 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9764
    -0,0032 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    1 707,40
    -13,40 (-0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    20 084,58
    -706,22 (-3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,54
    -16,59 (-3,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,40
    +0,95 (+1,07 %)
     
  • DAX

    12 366,30
    -104,48 (-0,84 %)
     
  • FTSE 100

    6 977,09
    -20,18 (-0,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1158
    -0,0011 (-0,10 %)
     

Impôt mondial sur les sociétés de 15%: Bruno Le Maire ferraille avec la Hongrie après un long combat avec Trump

ATTILA KISBENEDEK / AFP

L'entrée en vigueur de l'impôt minimal mondial sur les sociétés, fixé à 15% par l'OCDE, patine toujours. Après avoir été longtemps confronté aux réticences des Etats-Unis, Bruno Le Maire - qui porte le projet depuis 2019 et sa taxe Gafam - doit désormais faire face à une opposition au sein de...l'Union européenne. La Hongrie refuse de signer le texte. Ce vendredi, les grands pays européens ont annoncé qu'ils pourraient passer en force.

Les grands pays de l'Union européenne montent en pression au sujet de l'impôt minimal mondial sur les sociétés. et incluant 137 pays, cette nouvelle taxe instaure un taux d'imposition effectif minimum de 15% pour les entreprises ayant plus de 750 millions d'euros de chiffre d'affaires. Son but : lutter contre le dumping fiscal entre les pays et mieux taxer, notamment, les géants du numérique (Apple, Google, Amazon, Facebook...). Et renflouer les caisses des Etats : selon les estimations de l'OCDE, Or, les Etats-membres de l'Union européenne n'ont toujours pas transposés ce texte. Et pour cause : la Hongrie, notamment, fait obstacle à son application.

"Aller au bout de notre engagement"

Ainsi, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et les Pays-Bas ont annoncé vendredi qu'ils mettraient en place le taux plancher mondial d'impôt sur les sociétés (IS) l'an prochain par "tous les moyens possibles", au cas où la Hongrie ne lèverait pas son veto qui bloque une décision commune à l'échelle de l'Union européenne. C'est le sens de la déclaration des ministres des Finances des cinq pays dans un communiqué commun publié ce jour. "Si nous ne parvenons pas à une unanimité dans les prochaines semaines, nos gouvernements sont pleinement déterminés à aller jusqu'au bout sur notre engagement", ajoutent-ils.

La Hongrie a fait valoir mi-juin des objections de dernière minute au projet d'instauration d'un taux plancher d'IS à 15%. Selon le pays dirigé par Viktor Orban, ce projet pourrait nuire à l'économie européenne, qui souffre d'une inflation galopante et d'une crise énergétique croissante, la Russie réduisant ses livraisons de gaz, ce qui se traduit également par une flambée des prix de l'électricité. Surtout, le taux d'imposition sur les sociétés en Hongrie n'est que de 9%,

"Nous soutenons fermement une approche européenne. Nous essayons de convaincre tous les États membres, et surtout un en particulier", a déclaré le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, avant [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi