La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 249,96
    -229,64 (-0,67 %)
     
  • Nasdaq

    14 123,21
    +53,79 (+0,38 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,2123
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    32 860,69
    +1 720,00 (+5,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    993,05
    +24,21 (+2,50 %)
     
  • S&P 500

    4 237,58
    -9,86 (-0,23 %)
     

Impôt mondial minimum, le G7 Finances espère un accord historique ce samedi

·2 min de lecture

VIDEO - Les ministres des Finances du G7 espèrent annoncer un accord "historique" ce samedi sur un impôt mondial minimum et une meilleure répartition des recettes fiscales provenant des multinationales, particulièrement les géants du numérique, à l'issue d'une réunion de deux jours à Londres.

espèrent annoncer un accord "historique" ce samedi 5 juin sur un impôt mondial minimum et une meilleure répartition des recettes fiscales provenant des multinationales, particulièrement les géants du numérique, à l'issue d'une réunion de deux jours à Londres.

"Si nous avons un accord (samedi), ce sera une avancée historique", a souligné vendredi soir le auprès de quelques journalistes en marge de la réunion, la première en personnes depuis le début de la pandémie.

Rishi Sunak, le ministre des Finances du Royaume-Uni, pays qui tient actuellement la présidence du G7, avait pour sa part estimé vendredi que le groupe avait mené "des négociations productives sur la réforme du système mondial d'imposition" et les défis de l'économie numérique".

Les grandes puissances du G7 (Royaume-Uni, France, Italie Canada, Japon, Allemagne, Etats-Unis), profitant d'un regain d'intérêt de l'administration américaine sur la question depuis l'arrivée au pouvoir de Joe Biden, veulent parvenir à une réforme mondiale de l'impôt sur les sociétés dans l'esprit des travaux engagés au sein de l'OCDE.

Elle vise largement les grandes entreprises de la technologie, qui paient des impôts dérisoires malgré des profits de dizaines voire centaines de milliards de dollars, en se domiciliant dans des pays où le taux d'impôt sur les sociétés est très faible, voire nul.

Gagnants de la crise

Ces géants du numérique ont bénéficié de la crise et "engrangé des bénéfices d'un niveau sans égal comparé aux autres secteurs", notaient vendredi dans une tribune commune dans le Guardian M. Le Maire et ses homologues allemand, italien et espagnole.

Et ce, à l'heure où les Etats du monde entier cherchent [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi