Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0750
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 409,93
    +406,45 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,91
    +42,16 (+3,15 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Impôt 2024 : ces réductions fiscales trop souvent oubliées lors de la déclaration de revenus

©Gwengoat

Des millions de niches fiscales ne sont pas déclarée, chaque année, par ignorance ou par oubli. Pourtant, certaines pourraient permettre aux contribuables de faire des économies.

Une étude réalisée par la start-up Climb, souligne le fait que de nombreux ménages français oubliaient de déclarer des niches fiscales. Pourtant, certaines pourraient leur permettre de faire des économies de plusieurs centaines d’euros. Selon la société, spécialisée dans l’accompagnement des particuliers sur leurs impôts et sur leurs investissements, chaque année, « l’oubli des niches fiscales fait perdre jusqu’à 699 euros à chaque foyer ». « Par ignorance ou par oubli, de nombreux avantages fiscaux ne sont pas déclarés aux impôts. Chaque année, ce sont plusieurs milliards d’euros non réclamés par les contribuables ».

Lire aussi >>  Guide de l’adulte : tous ces trucs chiants (mais important) qu’on aurait dû apprendre à l’école

Frais professionnels, de scolarisation, dons et services à la personne

Parmi les niches fiscales oubliées, on retrouve les frais professionnels. 80% des ménages décident de bénéficier d’une déduction forfaitaire automatique de 10% appliquée à leurs revenus pour couvrir certaines de leurs dépenses courantes. Or, si déclarer ses frais réels peut prendre plus de temps, c’est une option qui peut être plus rentable puisque les frais ne sont pas plafonnés à 12,502 euros par contribuable. D’après l’étude, « 20% des foyers avec au moins un contribuable salarié utilisent ce système, alors que nous estimons qu’au minimum 22% pourraient avoir intérêt à le faire ». Cela pourrait...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi