La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    44 820,89
    -6 792,60 (-13,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Immobilier : ces régions où l’on peut encore négocier de fortes ristournes sur les maisons

·1 min de lecture

4,6%. C’est en moyenne les rabais que réussissaient à obtenir en février les acheteurs sur les prix des maisons anciennes, d’après le baromètre LPI-SeLoger publié en mars. Pour quantifier ce phénomène, l’observatoire LPI-SeLoger a mesuré les marges de négociations moyennes sur les maisons dans les anciennes régions métropolitaines. C’est-à-dire, la différence entre le prix demandé au départ par le vendeur et le prix finalement signé avec l’acheteur. Or, les auteurs de cette étude l’affirment : les marges de négociations sur les maisons en février sont parmi les plus basses jamais constatées par l’observatoire ! A titre de comparaison, d’après LPI-SeLoger, les marges de négociation sur les appartements étaient en moyenne de 6,3% du prix de vente en février. Soit 1,7 point de plus que pour les maisons.

>> Notre service - Estimez le prix d’un bien immobilier (immédiat, gratuit et sans engagement)

Les vendeurs de maisons ont donc rarement eu aussi peu besoin de négocier avec leur acheteur pour réussir à finaliser une transaction immobilière. “Cela illustre les conséquences de la hausse rapide des prix signés, bien au-delà de celle des prix affichés”, décryptent les auteurs de l’étude. Les prix des maisons grimpent en effet souvent très vite, et notamment en Ile-de-France… En conséquence, “les acheteurs renoncent souvent à une partie de leur pouvoir de négociation”, en déduisent les auteurs.

>> A lire aussi - Immobilier : ces grandes villes où les délais de vente dégringolent

Toutefois, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : ce nouveau motif pour annuler une vente en milieu rural
Attention à ce que la loi climat ne tue pas l'investissement dans l'immobilier
Les premiers logements à 5.000 euros du m² de la Ville de Paris disponibles dès mardi
Rénovation énergétique : quelques précisions sur le big-bang promis par le gouvernement
Rénovation énergétique : voici le futur calendrier des interdictions de location