La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 833,88
    +92,73 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    15 292,96
    +66,26 (+0,44 %)
     
  • Nikkei 225

    29 106,01
    +505,60 (+1,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,1592
    -0,0023 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    26 038,27
    -93,76 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    54 071,07
    -1 203,77 (-2,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 504,06
    -1,09 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    4 585,56
    +19,08 (+0,42 %)
     

Immobilier : propriétaires, que faire face au couac des diagnostics énergétiques ?

·1 min de lecture

Ce sont des anomalies qui pourraient coûter cher aux propriétaires, et surtout compliquer leurs transactions. Le 1er juillet dernier, le gouvernement lançait la nouvelle version du diagnostic de performance énergétique (DPE). Ce document, obligatoire pour réaliser toute transaction ou location immobilière, doit permettre à l’acheteur ou au locataire de connaître les performances du logement qu’il s’apprête à acheter ou à louer, en matière de consommation d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre. Sur la base de ce nouveau DPE, certains biens, considérés comme des passoires thermiques (car notés F ou G), seront d’ailleurs exclus du marché locatif à l’horizon 2028. Les modes de calculs et les échelles de ce DPE relooké ont donc été entièrement refondus et harmonisés, pour préparer ce bigbang.

>> A lire aussi - Nouveau DPE : 8 questions simples pour tout comprendre à la réforme

Problème : après trois mois de mise en route et près de 384.000 nouveaux DPE réalisés, de nombreuses “anomalies techniques” sont apparues aux yeux des professionnels, diagnostiqueurs comme agents immobiliers. Et notamment lorsqu’il leur a fallu définir les performances thermiques et écologiques des logements les plus anciens, ceux construits avant 1975. Les nouveaux paramètres du diagnostic ont conduit à des écarts très importants de résultats par rapport à l’ancienne version du DPE, mais aussi par rapport à la réalité constatée sur le terrain. L’étiquette énergétique de nombreux logements, reconnaît (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : comment la crise rebat les cartes, selon Orpi
Crédit immobilier : comment convaincre des banques forcées d'être plus sélectives
Immobilier : vos plus-values de vente bientôt exonérées si vous créez ou reprenez une entreprise ?
Ralentissement des ventes de l'immobilier en France suite à une hausse des prix
Crise du DPE : que doit faire le gouvernement ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles