Publicité
La bourse ferme dans 2 h
  • CAC 40

    7 930,74
    +3,31 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 888,57
    +10,80 (+0,22 %)
     
  • Dow Jones

    38 969,01
    -27,38 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0815
    +0,0008 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    2 064,50
    +9,80 (+0,48 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 725,55
    -718,38 (-1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,57
    +1,31 (+1,67 %)
     
  • DAX

    17 745,40
    +67,21 (+0,38 %)
     
  • FTSE 100

    7 665,76
    +35,74 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    16 121,60
    +29,68 (+0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 102,95
    +6,68 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2623
    -0,0003 (-0,03 %)
     

Immobilier : pourquoi le nombre de passoires thermiques à vendre explose sur les sites d’annonces

Etadly /Pixabay

À partir du 1er janvier 2025, les propriétaires d’un logement noté G sur le diagnostic de performance énergétique (DPE) ne pourront plus louer leur bien. En effet, après le vote de la loi Climat et résilience, les logements les plus énergivores seront retirés du marché locatif, en suivant un calendrier précis. Les logements notés F seront à leur tour interdits à la location en janvier 2028. Et c’est une véritable source d’inquiétude pour les propriétaires de ces passoires thermiques, qui devront choisir avant les échéances fatidiques entre rénover leur bien, le vendre, ou continuer de le louer… dans l’illégalité.

>> Notre service - Rénovation énergétique : calculez le montant de vos aides (MaPrimeRénov’, CEE…) et trouvez le bon artisan pour vos travaux

Parallèlement à ces futures interdictions, de nombreux professionnels de l’immobilier alertent depuis plusieurs mois sur une supposée explosion du nombre de passoires thermiques à vendre sur les principaux sites d’annonces. Des logements bientôt inlouables, dont les propriétaires chercheraient à vite se débarrasser. Avec plusieurs effets indésirables.

Ainsi, bien souvent, les logements notés F ou G se retrouvent vendus à des prix largement décotés par rapport aux moyennes du reste du marché. Mais surtout, une fois mis en vente, ces biens sont retirés du marché locatif, ce qui alimente la pénurie actuelle de biens à louer dans les villes les plus tendues.

Toutefois, une question légitime se pose. Certes, depuis quelques mois, on observe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Location : les villes où le nombre de biens mis en location dégringole
Airbnb : l'avantage fiscal sera bien réduit pour les propriétaires de meublés touristiques
Immobilier : investir dans un logement occupé, une opération très rentable
Airbnb : ce que la loi doit changer à la fiscalité des meublés touristiques
Adaptation des logements au vieillissement : les équipements éligibles au crédit d’impôt en 2024