Publicité
Marchés français ouverture 1 h 44 min
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,47 (-0,93 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,26 (-0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    39 611,72
    -452,07 (-1,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,0889
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    17 581,43
    +163,75 (+0,94 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 298,55
    +745,95 (+1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,95
    +68,05 (+5,11 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     

Immobilier : pourquoi de plus en plus d'acheteurs paient cash leur logement

chaylek - Adobe Stock

Dans un contexte économique de plus en plus incertain, la question de l'achat immobilier à crédit suscite de vives interrogations. Jadis considéré comme la voie royale vers la propriété, l'emprunt immobilier ne fait plus l'unanimité. Pourquoi acquérir un bien avec un prêt à 4% ou bientôt 5% quand on a déjà obtenu son logement actuel à un taux de 1% ? Cette question, de plus en plus fréquemment posée par des aspirants propriétaires comme Rémi, la quarantaine, interrogé par Le Figaro Immobilier, le 8 septembre 2023, met en lumière un changement de paradigme sur le marché de l'immobilier. Une solution qui pourrait potentiellement résoudre ce dilemme serait la transférabilité des prêts. Cette approche, préconisée par la Fédération nationale de l'immobilier, permettrait aux acquéreurs de bénéficier des mêmes conditions financières que celles de leur prêt actuel pour l'achat d'un nouveau bien. Toutefois, les banques, soucieuses de préserver leurs marges, ont jusqu'à présent rejeté cette proposition catégoriquement.

Cette résistance des banques a contribué à plonger le marché du crédit immobilier dans une véritable crise. La production de crédits a chuté de manière spectaculaire, enregistrant une baisse de 46% en un an, atteignant à peine les 10 milliards d'euros, selon la Banque de France. Cette situation est sans précédent depuis 2017, hors crise sanitaire. Parallèlement, les ventes immobilières ont connu une baisse de 15% à 20% sur la même période. La question qui se pose est de savoir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite