Publicité
La bourse ferme dans 55 min
  • CAC 40

    8 046,38
    -86,11 (-1,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 019,42
    -39,78 (-0,79 %)
     
  • Dow Jones

    38 931,04
    -138,55 (-0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,0871
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    2 353,20
    +18,70 (+0,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 594,75
    -968,34 (-1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 479,48
    -16,98 (-1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,40
    +1,68 (+2,16 %)
     
  • DAX

    18 649,48
    -125,23 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    8 249,27
    -68,32 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    16 985,15
    +64,35 (+0,38 %)
     
  • S&P 500

    5 305,39
    +0,67 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2780
    +0,0008 (+0,07 %)
     

Immobilier : pourquoi les défaillances des constructeurs de maison se multiplient

Thomas Busk / GettyImages

Une hécatombe. Entre janvier et mars 2024, 284 entreprises spécialisées dans la construction de maisons individuelles ont connu une défaillance. Soit 33% de plus qu’au cours du premier trimestre 2023. Voilà l’inquiétant constat tiré par le groupe spécialisé dans la data sur les entreprises Altares, qui a communiqué son bilan trimestriel ce jeudi 11 avril. Par «défaillance», on parle ici d’une procédure de sauvegarde de l’emploi, d’un redressement judiciaire ou encore d’une liquidation judiciaire auprès d’un tribunal de commerce ou judiciaire. Un vrai problème qui inquiète non seulement les salariés, mais aussi leurs clients qui attendent la livraison de leur maison neuve et craignent des arrêts de chantier en cas de faillite. Dernière victime en date : le constructeur AST, numéro 2 de la construction de maison individuelle en France, qui vient d’annoncer la suspension de sa cotation en Bourse lundi dernier.

Les constructeurs traversent en effet une crise très violente depuis plus d’un an. Celle-ci se traduit par une dégringolade des ventes de maisons neuves, qui, entre 2022 et 2023, ont chuté de près de moitié dans de nombreuses régions ! La faute, tout d’abord, à la remontée rapide des taux de crédit l’an passé, qui a désolvabilisé une grande partie des candidats à l’achat immobilier neuf. Mais aussi à la hausse des coûts de construction, elle-même alimentée par l’inflation des prix des matériaux depuis deux ans et la mise en place de nouvelles normes de construction environnementales (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : acheter maintenant ou attendre encore ?
Le gouvernement souhaiterait évincer les locataires trop riches des logements sociaux
«Mes appartement me rapportent 1 500 euros par mois» : comment Thierry est devenu multipropriétaire en partant de zéro
Crédit immobilier : les meilleurs taux que vous pouvez négocier, région par région
Immobilier : vous ne le savez peut-être pas, mais aménager votre balcon peut coûter cher