La bourse ferme dans 4 h 56 min
  • CAC 40

    6 743,24
    +4,69 (+0,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 982,81
    +18,09 (+0,46 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0441
    +0,0033 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +33,20 (+1,89 %)
     
  • BTC-EUR

    16 366,14
    +58,46 (+0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,54
    +3,85 (+0,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,35
    +0,80 (+0,99 %)
     
  • DAX

    14 480,36
    +83,32 (+0,58 %)
     
  • FTSE 100

    7 577,92
    +4,87 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2152
    +0,0091 (+0,75 %)
     

Immobilier : pourquoi la baisse des prix dans les grandes villes va durer

Getty / Chris Hellier

C’est un coup d’arrêt pour les grandes métropoles. D’après le dernier baromètre national des prix de l’immobilier, réalisé par Meilleurs Agents, les tarifs de l’immobilier ont stagné sur un mois dans les grandes villes (variation de 0% en moyenne). C’est seulement la troisième fois en quatre ans que les prix dans les principales métropoles (à l’exception de Paris) n’ont pas augmenté en l’espace d’un mois. Et contrairement aux coups d'arrêt précédents, cette récente stagnation des tarifs pourrait bien marquer le début d’un véritable cycle baissier.

Car dans le détail, 7 des 10 plus grandes villes françaises ont vu leurs prix baisser sur le dernier mois. A Bordeaux (4.803 euros par mètre carré en moyenne) et Strasbourg (4.180 euros), les tarifs ont par exemple reculé de 0,8% en moyenne. Les prix ont également fléchi à Toulouse (3.690 euros, -0,7%), Rennes (4.158 euros, -0,6%) et Lyon (5.335 euros, -0,5%). Seules les villes de Lille (3.577 euros, +1%), Montpellier (3.682 euros, +1%) et Marseille (3.686 euros, +0,8%) restent dans le vert.

Pour comprendre la genèse de ce nouveau cycle baissier, il faut remonter à l’année 2020, marquée par le début de la crise sanitaire. “L’attractivité des grandes villes a commencé à baisser suite aux premiers confinements, la demande a chuté et les prix ont commencé à fléchir, commente Thomas Lefebvre, directeur scientifique chez Meilleurs Agents. Cette tendance s’est accentuée avec la hausse des taux observée ces derniers mois et les difficultés des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Logement : pourquoi la proposition de loi anti-squat est inquiétante pour les locataires
Investissement locatif pour la retraite : les différentes options existantes
Crédit immobilier : la hausse des taux vous coûte très cher, les solutions pour y faire face
Assurance habitation Leocare : des formules et des services pour tous
Prix de l'immobilier à Saint-Pierre en novembre 2022 : les indices à l'achat