La bourse ferme dans 1 h 44 min
  • CAC 40

    6 725,71
    +56,74 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 963,03
    +28,59 (+0,73 %)
     
  • Dow Jones

    33 819,38
    -33,15 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0393
    +0,0058 (+0,56 %)
     
  • Gold future

    1 772,70
    +9,00 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    16 208,46
    +277,73 (+1,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,76
    -0,93 (-0,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,92
    +2,72 (+3,48 %)
     
  • DAX

    14 403,10
    +47,65 (+0,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 594,22
    +82,22 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 025,82
    +42,04 (+0,38 %)
     
  • S&P 500

    3 959,67
    +2,04 (+0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,2016
    +0,0066 (+0,55 %)
     

Immobilier: pourquoi la baisse des prix à Paris est une mauvaise nouvelle pour le budget de la Ville

Valentine CHAPUIS / AFP

Alors qu’une part croissante du budget de la ville de Paris dépend de l’immobilier, la baisse des prix du marché parisien pourrait bien plomber les comptes de la Ville. Challenges décrypte cette dépendance budgétaire aux frais de notaire.

A chaque fois qu’un Parisien achète un bien immobilier, il contribue à renflouer les caisses de la Ville. Lors de chaque transaction immobilière, tout acheteur doit s'acquitter des Droits de mutation à titre onéreux (DMTO). Communément appelées “frais de notaire”, ces taxes sont collectées par le notaire au moment de la vente, puis reversées aux départements et aux communes. Un double jackpot pour Paris, qui collecte des DMTO en tant que département mais aussi en tant que commune. En additionnant sa double part départementale (4,5%) et communale (1,2%), ce sont 5,7% du montant de chaque transaction qui alimentent les caisses de la Ville.

Alors plus de transactions, à des prix plus élevés, c'est une équation de rêve pour les caisses de la Ville. Avec plus de 40.000 transactions et 10.600 euros le m2 en moyenne, la Ville de Paris a ainsi engrangé 1,59 milliard d’euros de DMTO en 2021. Une coquette somme qui devrait continuer de grimper, pour atteindre 1,65 milliard d’euros cette année, soit près de 19% des recettes de fonctionnement de la ville. Un montant qui a explosé de près de 90% en quinze ans, puisque ces frais de notaire n'atteignaient “que” 872 millions d’euros en 2006. Cet accroissement marqué "traduit avant tout la hausse de l’activité et des prix sur le marché immobilier parisien”, indique la Cour régionale des comptes dans un rapport publié en février 2022.

A titre d'exemple, pendant la première mandature d'Anne Hidalgo, alors que le nombre de transactions bondissait de 9% et que le prix moyen du m2 explosait de 33,6% dans la capitale, les "frais de notaire" perçus par la Ville se sont envolés de 36%. "La courbe des DMTO suit celle des prix de l'immobilier à Paris", confirme à son tour Paul Simondon (PS), adjoint chargé des finances à la ville de Paris.

La Ville n’a plus de leviers

Dans un rapport sur l’avenir des finances locales à Paris, Paul Simondon et Nicolas Bonnet-Ouladj, président du groupe communiste au Conseil de Paris, évoquent des nouvelles p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi