Marchés français ouverture 7 h 14 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 581,56
    +615,55 (+2,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,99 (-3,64 %)
     
  • BTC-EUR

    38 414,05
    +320,89 (+0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    929,23
    -3,90 (-0,42 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Immobilier locatif et transition énergétique : l’angélisme du gouvernement

·2 min de lecture

C’est le grand enthousiasme, du gouvernement comme de la communauté professionnelle des agents immobiliers, des administrateurs de biens et des diagnostiqueurs. Le parc locatif privé français, avec ses 6,7 millions de logements propriété de quelque 5 millions de particuliers, sera bientôt aux normes énergétiques les plus exigeantes et au passage, l’indécence et l’indignité aura été éradiquée. On applaudit au projet de loi Climat et résilience, qui interdira la location de logements lourdement énergivores dès 2028 et qui va aggraver les charges de copropriété de façon considérable ; on tient le nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE), bientôt juridiquement opposable, pour une avancée salutaire, sans craindre semble-t-il les contentieux ni l’instabilité contractuelle qui s’ensuivra, tant en location qu’en vente.

On est dans l’ordre du religieux, du sacré. Et si l’on se berçait d’illusions ? Et si l’élan vers le développement durable et la transition énergétique aveuglait sur l’essentiel, l’incapacité de la majorité des propriétaires à comprendre qu’ils apportent un service marchand à d’authentiques clients ? Car enfin, de quoi parle-t-on ? On parle d’un parc aux deux tiers géré par les propriétaires en direct, dont la preuve est faite qu’il échappe largement à toutes les obligations sans aucun contrôle de l’État ou presque. Du jour au lendemain, au nom des idéaux supérieurs de la protection de la planète et des réductions concomitantes des émissions de gaz à effet de serre et des factures des locataires, tout irait mieux dans le meilleur des mondes.

D’évidence, les voies dominantes de l’immobilier sont optimistes et peut-être leur optimisme confine-t-il pour le parc locatif privé à un certain angélisme. Car enfin, que constate-t-on à ce jour ? Que le parc locatif autogéré n’est pas un espace de droit comme il devrait l’être, dans une indifférence des pouvoirs publics critiquable. La récente enquête de la CLCV constate un respect de l’encadrement des loyers (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Autorisation environnementale : principe et renouvellement
Immobilier : y-a-t-il un avantage fiscal à acheter en SCI ?
Johnny Depp n'arrive pas à vendre son village du sud de la France
Immobilier : ce à quoi il faut vous attendre si vous achetez dans le neuf cette année
Logement neuf : le gouvernement reporte et adoucit la nouvelle norme environnementale RE2020