La bourse ferme dans 12 min

Immobilier : emprunter sans CDI, c'est possible, voici comment convaincre votre banquier

Halte aux idées reçues ! Nous avons demandé à des courtiers en immobilier de nous présenter des crédits récemment décrochés par des particuliers en CDD, en intérim ou auto-entrepreneurs.

Alors que les taux des crédits immobiliers flirtent avec des planchers historiques - 1,46% en moyenne selon le dernier observatoire du Crédit logement -, beaucoup d’entre vous songent sans doute à emprunter pour acheter. Evidemment, il vous faudra montrer patte blanche : les banques sélectionnent encore majoritairement des clients en CDI. Mais rassurez-vous, il est possible de passer entre les gouttes que vous soyez en CDD, en intérim ou auto-entrepreneur...

Première condition à remplir pour gagner la confiance de votre banquier : afficher des revenus réguliers. Un job dans un secteur porteur (santé, aéronautique…) garantie d’employabilité future, sera un argument supplémentaire. Au-delà, un solide apport et une propension à bien gérer son son épargne finiront d’appuyer votre dossier.

Pour vous convaincre qu’il est possible d’emprunter même sans CDI, nous avons demandé à deux courtiers en prêt immobilier - Meilleurtaux et Empruntis -, de nous présenter des crédits récemment décrochés par des acheteurs en situation a priori “précaire”. Pour chaque profil, nous avons mis en avant les arguments qui ont permis à nos acheteurs de séduire les banques.

Crédits gérés par Empruntis

Intérimaire, 46 ans, charpentier métallurgiste dans le secteur naval

Revenu moyen : 2.900 euros net par mois

Sans apport

A obtenu un prêt de 114.000 euros à 1,38% sur 20 ans

Argument qui a permis de faire passer le dossier : pérennité et la stabilité des revenus depuis 1995, taux d’endettement faible (autour de 25%).

Aide soignante, 24 ans, en CDD dans le secteur hospitalier

Revenu moyen : 1.600 euros net par mois

Sans apport

A obtenu un prêt de 119.000 euros à 1,57% sur 25 ans.

Argument qui a permis de faire passer le dossier : travaille dans un secteur d’activité avec de forts (...) Cliquez ici pour voir la suite