La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 759,20
    +49,55 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Immobilier : changer d'assurance de prêt reste trop compliqué !

·2 min de lecture

En France, six millions de foyers remboursent un crédit immobilier et paient une assurance emprunteur. La grande majorité d’entre eux ont souscrit leur assurance auprès de leur banque. Pourtant, en optant pour une assurance de prêt alternative, un emprunteur économise facilement plusieurs milliers d’euros sur la durée de son crédit, à garanties égales voire meilleures. Choisir son assurance s’avère aujourd’hui bien plus efficace que de négocier uniquement le taux de crédit. Securimut a été créé en 2006 avec la volonté d’ouvrir le marché de l’assurance emprunteur et d’offrir une assurance de prêt qualitative et économique aux propriétaires. Depuis, nous réalisons le changement de cette assurance pour le compte de nos clients et sommes donc les témoins directs de l’évolution des manœuvres dilatoires des banques pour freiner le changement d’assurance emprunteur. Malgré dix ans d’efforts du législateur pour ouvrir ce marché, le libre choix de cette assurance par le consommateur n’est toujours pas une réalité, tant les réticences des banques sont fortes. Le changement d’assurance emprunteur reste complexe. En 2018, le gendarme de la banque et de l’assurance, l’ACPR, avait déjà dénoncé «l’existence de pratiques de nature à décourager les emprunteurs dans leurs démarches ou à différer la date du changement de contrat sollicité». Loin des conclusions du CCSF À la relecture du rapport du Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF), rendu public le 11 novembre dernier, nous avons été frappés par les nombreuses incohérences entre les réponses déclaratives des banques et les données chiffrées recueillies de manière plus factuelle. Parmi les éléments les plus marquants de cette étude, on retiendra la part de marché des acteurs alternatifs annoncée à 25%, mais dont plus de la moitié provient en fait de «contrats alternatifs bancaires» ! Mais aussi, Cliquez ici pour lire la suite