Immobilier : ce que va vraiment rapporter le dispositif locatif Duflot

Nos simulations réalisées avec le cabinet Cyrus Conseil le montrent : dans de nombreux cas de figure, le nouveau dispositif d’investissement locatif Duflot se révèle encore rentable pour les particuliers désirant acheter dans le neuf pour louer.

Depuis le 1er janvier, le dispositif d’investissement locatif Duflot remplace le Scellier. Comme son prédécesseur, il offre une carotte fiscale aux particuliers qui achètent dans le neuf pour louer. Avec toutefois quelques contraintes supplémentaires…

A condition de louer un logement à basse consommation énergétique durant au moins neuf ans, les investisseurs bénéficient désormais d'une réduction d'impôts de 18 % du montant de leur achat, plafonné à 300.000 euros ou à 5.500 euros le mètre carré, quelle que soit la zone de construction.

Exemple : pour un studio de 25 mètres carrés, la réduction d’impôt s’applique sur une assiette maximum de 137.500 euros (25 m2 X 5.500 euros).

Autre nouveauté : les loyers hors charges que peuvent fixer les bailleurs doivent désormais respecter des plafonds plus restrictifs. Ces seuils varient selon les zones.

- Zone A bis (Paris et proche banlieue) : 16,52 €/m2
- Zone A (Côte d’Azur, Genevois français, 2ème couronne parisienne) :12,27 €/m2
- Zone B1 (agglomérations de plus de 250.000 habitants) : 9,88 €/m2
- Zone B2 (villes de 50.000 à 250.000 habitants) : 8,59 €/m2

Retrouvez :

Les villes des Zones A, B1, B2
Les villes de la Zone A bis

Pour corser davantage les calculs, ces plafonds de loyers dépendent aussi des superficies des logements mis en location. Un coefficient multiplicateur s’applique sur les surfaces. La formule de ce coefficient multiplicateur est : 0,7 + 19/surface du logement. Sachant que ce total ne peut être supérieur à 1,2.

Exemple :

- Pour un trois-pièces de 60 mètres carrés situé en ...

... Lire la suite sur capital.fr