Marchés français ouverture 1 h 51 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 128,21
    -154,82 (-0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0357
    -0,0047 (-0,46 %)
     
  • HANG SENG

    17 153,88
    -419,70 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    15 621,53
    -480,52 (-2,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,07
    -3,58 (-0,94 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Immobilier: booster son rendement avec le crowdfunding

Homunity

Souple et accessible, le financement participatif d'opérations immobilières est très attractif. Une option de diversification qui nécessite quelques précautions.

Un (en 2021), la possibilité d'investir de petits montants (à partir de 100 euros), un mode d'emploi relativement simple et une prise de risque mesurée: le , ou financement participatif, appliqué à l'a de quoi faire rêver les épargnants. Permettant aux promoteurs et aux marchands de biens de faire appel à des investisseurs privés pour réaliser leurs projets, il connaît un gros succès: "Près d'1 milliard d'euros ont été collectés en ligne en 2021", relève Quentin Romet, cofondateur de la plate-forme Homunity. Pour les épargnants, pas besoin de se déplacer: des plateformes dédiées lèvent les fonds et les prêtent avec intérêts aux opérateurs immobiliers, lesquels remboursent, au terme de la durée convenue (de douze à trente-six mois en général), le capital plus les intérêts.

Lire aussi

La fourchette de rémunération varie de 8 à 15%, selon le niveau de risque de l'opération: plus celle-ci est avancée dans sa commercialisation, plus le risque est faible. En bonus, "la fiscalité est plus légère que pour un investissement locatif classique, avec une imposition à la flat tax de 30%, la non-prise en compte dans l' et la possibilité d'être éligible au PEA et PEA-PME", souligne Jean-Damien Cerisier, président et fondateur de Citesia. Toutefois, si le crowdfunding affiche des avantages, il présente aussi des risques: non-remboursement par l'opérateur à l'issue de la période prévue et perte partielle ou totale du capital investi. Mais "depuis les débuts, le taux de défaut est très inférieur à 0,3% et le dernier sinistre est survenu en 2018", modère Alexandre Toussaint, président et fondateur de Baltis Capital.

Se diversifier

Reste que ces derniers temps, les retards de chantiers se sont accumulés: 7,2% des opérations ont connu des dérapages inférieurs à six mois et 6% au-delà de six mois. Des chiffres qui devraient augmenter en 2022, . Pas de panique: l'investisseur est assez protégé, puisque le retard de remboursement du capital prolonge d'autant le versement des intérêts au pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi