Marchés français ouverture 6 h 27 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 562,87
    +596,86 (+2,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2095
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    38 272,03
    -341,87 (-0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    925,56
    -7,58 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Immobilier à la montagne: l'or blanc ne fond pas (encore)

·2 min de lecture

Le marché alpin résiste à la crise grâce à une offre faible et une demande dynamique. Les stations de moyenne altitude ont la cote.

Dans les Alpes françaises, la fermeture prolongée des remontées mécaniques n’a pas dévasté le moral des professionnels de l’immobilier à la montagne. La crise de l’exploitation touristique frappe avant tout les hôteliers, restaurateurs et commerçants, ainsi que les spécialistes des résidences de tourisme et de la location saisonnière. Promoteurs et agents immobiliers tiennent encore bon. "Après le premier déconfinement, nous étions tous inquiets, craignant l’attentisme des clients, relate Nicolas Grizard, directeur commercial du promoteur MGM. Mais l’été a été une bonne surprise, avec des vacanciers heureux d’être là et même des achats en cash. L’automne et le second confinement nous ont privés de la prise de nouveaux contacts, mais nous avons pu travailler à Noël et pour le jour de l’An". Dans la construction, où les chantiers sont soumis aux conditions météorologiques, "certains ont pris un gros mois de retard, mais les ventes ont été bonnes malgré tout", confirme Marc Goutille, président de Cogeco. Dans l'ancien, "après une excellente année 2019, les transactions ont bien résisté en 2020, constate maître Nicolas Bouvier, notaire à Aime-La-Plagne. Et les prix sont restés relativement stables, avec des projections faisant état de variations trimestrielles de - 8 % dans la vallée de la Maurienne par exemple, mais de quasiment +10% dans la Tarentaise. L'impact de la crise ne s'est pas fait sentir."

Montée en gamme

La résistance globale des prix s'explique par "une offre globale faible", souligne Jean-Jacques Botta, président de la Fnaim Savoie Mont-Blanc. Dans le neuf, le foncier étant rare et cher et les permis de construire délivrés peu nombreux, l'offre est montée en gamme depuis plusieurs années. Dans l'ancien, l'offre à la vente est freinée par des délais de détention longs : les biens sont soit transmis, soit revendus le plus tard possible pour échapper à la taxation des plus-values. "La demande porte aujourd'hui sur des biens familiaux, des appartements d'au m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi