Publicité
Marchés français ouverture 6 h 24 min
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    37 775,33
    -781,54 (-2,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0800
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 627,54
    -687,06 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 456,13
    -28,56 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

Immeuble effondré à Marseille : les habitants de la rue de Tivoli excédés cinq mois après le drame

Jean-René Santini/Bestimage

La crainte s'amplifie pour les riverains... Après la soudaine explosion et l'effondrement d’un immeuble de quatre étages qui avait causé la mort de huit personnes rue de Tivoli dans le 15e arrondissement de Marseille le 9 avril 2023, la colère monte. Et pour cause, tous les décombres et gravats résultant de cet accident ont été déplacés sur un terrain municipal dans le quartier des anciens abattoirs, chemin de la Madrague-Ville précisément. Cela représente plusieurs centaines de tonnes de déchets. Les enquêteurs avaient pris cette décision afin de poursuivre leurs investigations en sécurité. Mais alors que jusque-là, le terrain était surveillé nuit et jour par un gardien, d’après les informations de France Bleu Provence du 1er septembre 2023, depuis la mi-juin, il ne le serait plus. Pourtant, la mairie leur a affirmé le contraire. De nombreux curieux se rendent donc sur le lieu du drame. Selon les riverains, certains viennent fouiller, d’autres piller ou même encore déposer leurs déchets sur place, rapporte France Bleu.

Les habitants à proximité du site ont fait savoir leur agacement à nos confrères de France Bleu. "Mes fenêtres donnent directement sur les gravats : des pierres, des restes de meubles, des vêtements. Et surtout, depuis que le site n'est plus gardé, on voit des gens qui viennent fouiller et qui repartent avec des camionnettes remplies. D'autres personnes viennent déverser leurs propres détritus. Tout est ouvert, sans aucune surveillance. Ce matin encore, un camion (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite