La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 360,38
    -203,77 (-0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Les images satellite pourraient aider à prédire les éruptions volcaniques, selon une étude de la NASA

·1 min de lecture

Les éruptions volcaniques ont toujours été difficilement prévisibles — malgré la présence de signes avant-coureurs tels qu'une augmentation de l'activité sismique, des modifications dans les émissions de gaz ou encore une déformation soudaine du sol. Une nouvelle méthodologie développée par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA et l'université d'Alaska pourrait permettre de prédire les éruptions des mois, voire des années en avance.

Les résultats de cette étude ont été publiés en mars dernier dans la revue Nature Geoscience. Les relevés effectués à l'aide de données satellitaires ont permis de mettre en lumière une augmentation "subtile mais significative des émissions de chaleur sur de vastes zones d'un volcan dans les années précédant son éruption", selon Társilo Girona, auteur principal de l'article scientifique et cité par le JPL dans un communiqué.

À lire aussi — L'éruption du volcan en Nouvelle-Zélande n'était pas prévisible selon des experts, malgré les signes avant-coureurs

"Les volcans sont comme une boîte de chocolats : ils peuvent sembler similaires, mais ils sont très différents les uns des autres", explique le co-auteur Paul Laudgren, du JPL. C'est une des raisons pour lesquelles il n'est pas pertinent de comparer un volcan à un autre et que les prévisions sont difficilement applicables à un schéma commun.

L'équipe scientifique a exploité 16 années et demie de données issues de radiomètres d'imagerie de résolution moyenne, embarqués à bord des satellites Terra et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le bitcoin a atteint 1 000 Mds$ de capitalisation boursière beaucoup plus rapidement qu'Amazon et Apple
Les jeunes déjà contaminés par le Covid-19 ne sont pas toujours protégés contre une réinfection, selon une étude
Des défenseurs des droits des enfants alertent contre le projet d'Instagram pour les moins de 13 ans
Une troisième dose du vaccin Pfizer pourrait être nécessaire selon le PDG du groupe pharmaceutique
La fusée de Blue Origin réussit son dernier vol test avant d'envoyer des astronautes dans l'espace