Marchés français ouverture 43 min
  • Dow Jones

    31 928,62
    +48,38 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 264,45
    -270,83 (-2,35 %)
     
  • Nikkei 225

    26 689,61
    -58,53 (-0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,0702
    -0,0036 (-0,33 %)
     
  • HANG SENG

    20 172,71
    +60,61 (+0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    27 863,15
    +218,75 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    663,79
    +7,97 (+1,21 %)
     
  • S&P 500

    3 941,48
    -32,27 (-0,81 %)
     

Iliouchine II-80, le bunker nucléaire volant de Vladimir Poutine

Depuis quelques jours, les médias russes montrent ostensiblement les préparatifs à la parade de la fête de la victoire de la grande guerre patriotique du 9 mai. Il s'agit d'un défilé militaire géant qui se déroule à Moscou et qui est l’occasion pour le Kremlin de montrer à l’Occident les joyaux de son funeste arsenal militaire. Cette année, invasion de l’Ukraine oblige, il devrait y en avoir un peu moins que d’habitude, mais il semble déjà clair que les missiles balistiques à capacité nucléaire se trouveront en tête du cortège, histoire d’ajouter un coup de pression sur les populations occidentales quant à la menace d’une offensive nucléaire. Il faut rappeler qu'une semaine après le tir du fameux missile RS-28 Sarmat, rebaptisé Satan-2 par l’Occident, Vladimir Poutine avait réitéré à demi-mots la menace d’utilisation de l’arme nucléaire en cas d’intervention occidentale dans le conflit en cours en Ukraine.

Outre la diffusion par la chaîne de TV russe la plus populaire, d’images simulant le tir de missiles Satan-2 sur Paris, Londres ou Berlin, parmi les gadgets tournant autour de la menace nucléaire, la Russie vient de sortir de sa réserve son vieil Iliouchine II-80. Issu de la Guerre froide, l’aéronef géant, dont le nom de code russe est Aimak, est censé être un bunker volant permettant de protéger les hauts responsables du Kremlin en cas d’attaque nucléaire. Il s’agit précisément d’un centre de commandement volant. Il est très rare que l’on puisse voir ce II-80 en dehors de son hangar. La dernière fois, ce fut il y a 12 ans. Il vient pourtant de réaliser un très symbolique petit tour de chauffe avant la cérémonie du 9 mai autour de Moscou.

Sous les ailes de l’avion, se trouvent deux modules qui sont en réalité des générateurs électriques. L’appareil peut être ravitaillé en vol grâce à une perche placée à gauche du nez et dont la conduite alimente directement les réservoirs dans les ailes. © Globalsecurity.org
Sous les ailes de l’avion, se trouvent deux modules qui sont en réalité des générateurs électriques. L’appareil peut être ravitaillé en vol grâce à une perche placée à gauche du nez et dont la conduite alimente directement les réservoirs dans les ailes. © Globalsecurity.org

Un vol d’appareils de communication radio en 2020

Basé...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles