Marchés français ouverture 26 min
  • Dow Jones

    34 869,37
    +71,37 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 969,97
    -77,73 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    30 183,96
    -56,10 (-0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,1690
    -0,0011 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 607,70
    +398,92 (+1,65 %)
     
  • BTC-EUR

    36 292,77
    -1 657,82 (-4,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 050,88
    -50,64 (-4,60 %)
     
  • S&P 500

    4 443,11
    -12,37 (-0,28 %)
     

Ibrahim Maalouf : "L'Etat a sauvé les musiciens"

·2 min de lecture

INTERVIEW. Avant son concert triomphal à Jazz in Marciac, le trompettiste Ibrahim Maalouf, l'un des musiciens les plus en vue, a accordé une interview à Challenges. Il savoure son succès mais se confie sur son passage à vide récent. Et se félicite des aides massives de l'Etat qui ont permis à la musique de survivre pendant la crise.

Il a mis le feu. A Jazz in Marciac, ce 30 juillet, le trompettiste Ibrahim Maalouf a électrisé le public dans une soirée de fête : "ça fait un an et demi que l’on attend ça, non ?", a-t-il lâché. Cette bête de scène a impressionné avec son groupe détonant de 12 musiciens, dont une section cuivre musclée de sept soufflants pour interpréter des morceaux très latinos de son album S3NS. Il a aussi captivé le public par son côté bateleur et en le faisant chanter. A certains moments, le grand chapiteau de Marciac ressemblait à une immense chorale.

Quelques heures avant le concert, le franco-libanais s’est confié à "Challenges", dans sa loge, en parlant très franchement de son succès mais aussi de ses passages à vide. Après son triomphe à Bercy, fin 2016, il a subi les foudres d’une affaire judiciaire. Accusé d’agression sexuelle sur une mineure, en novembre 2018, à quatre mois de prison et 20 000 euros d’amende. Mais en juillet 2020. Et "Le Parisien", qui avait révélé l’affaire, a été condamné pour diffamation. Même s’il est blanchi par la justice, l’artiste l’admet : « cette affaire a pourri ma vie pendant quatre ans ».

Aujourd’hui, après cette parenthèse douloureuse, il repart en flèche. Et Ibrahim Maalouf est un boulimique, qui multiplie les albums très différents, avec de nombreuses collaborations -bientôt avec la chanteuse béninoise Angélique Kidjo-, écrivant aussi des musiques de films ou de clips. Il saute d’un format de concert à l’autre : s’il prévoit un nouveau Bercy à la fin de l’année devant 20 000 personnes, il jouera, en octobre, au Duc des Lombards, un club parisien, devant 80 afficionados. A 40 ans, ce symbole du métissage musical, n’a pas fini de nous surprendre. Entretien.

Challenges - Comment vivez-vous cette sortie de la crise sanitaire pour les musiciens ?

Ibrahim Maalouf - Je suis reparti à fond. Je reprends tous les projets restés en suspens. Après une période faste ponctuée par (Victoire de la Musique, Prix de la meilleure tournée, César pour[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles